Renaud
Cet article est le numéro 4 sur 17 du dossier PDB 2017

Maître Renaud sur un balcon perché

Tenait en ses mains une guitare

Maître Renard, par ses notes attirés

Le rejoignit, tranquille, peinard.

« Eh, Bonjour Docteur Renaud,

Que vos chansons sont belles, qu’est ce que vous nous manquez !

Sans mentir, si vous revenez faire une tournée

Vous serez le phénix qui renaît de ses cendres (… de cigarette !)

A ces mots, Docteur Renaud se sent vraiment de joie

Il remonte sur scène, même s’il n’aime pas les flashs et les caméras.

Le public est saisi et chante avec lui

Et tous ensemble ils redonnent vie

Aux paroles engagées, poétiques, et aux belles mélodies.

Moralité : Il ne faut pas vendre la peau du vieil ours car elle est aussi dure que la carapace de la tortue [la copine du lièvre, tu saisis le lien ?]

Hier soir, au W, c’est 6000 personnes qui sont venues applaudir l’idole de leur enfance.

Toujours debout, même si notre Renaud a chopé une « saleté de rhinopharyngite » qui justifie sa voix rocailleuse, mais généreuse…parce qu’ « il donne tout ce qu’il a ». Renaud se dévoile, Renaud est humble, Renaud donne à son public ce qu’il a envie d’écouter et de chanter, Renaud sait toujours comment chauffer une salle. Il reprend sa guitare, après avoir passé 10 ans à « jouer à la pétanque ».

Dans un somptueux décor composé de trois écrans sur lesquels sont projetées des images de synthèse, on se retrouve tour à tour dans une rue de Paris (J’ai embrassé un flic), dans une fête foraine (Mistral Gagnant), au pied de la statue du Maréchal de France, dans une bibliothèque (Les mots), au milieu d’un mur d’écrans de télévisions Renaud Téloche(La téloche),

ou de tours d’immeubles lumineux Renaud HLM(Dans mon HLM),

ou encore au milieu de la mer sur un bateau (C’est pas l’homme qui prend la mer)…. Et dans la rue de l’Hyper cacher, Renaud n’oublie pas Charlie et les victimes des attentats.

Gérard Lambert débarque soudainement avec sa mobylette et exige que son « père » lui chante sa chanson.renaud Gérard Lambert

Les 6000 Axelle Red ont chanté « Caravane Maboule » (non… Manhattan-Kaboul plutôt… Caravane Maboule, c’est une petite fille qui lui avait demandé de chanter cette chanson !) en duo avec lui, dans un moment de communion intense, tout comme lors de La Ballade Nord Irlandaise, où le public a repris la mélodie de cette superbe chanson sur des Lalalala sans pouvoir s’arrêter. Renaud, avec sa guitare à 12 cordes (« Je vais en chier là, je vais jouer 12 fois plus mal ! »), nous fascine. Vieilles ou nouvelles chansons, on aime toujours la poésie (ou pas toujours !) de ses mots.

Une petite dose de politique « Je préfère la gauche en général »… puis… « J’ai pas mis mon T Shirt Votez Macron », qui lui vaut des beaux sifflements, mais notre Renaud a toujours été engagé et c’est aussi pour ça qu’on l’aime (preuve en est son T Shirt  « Yvan Collona Otage de la raison d’Etat ») !

Renaud et ses musiciens (qu’on se doit également de féliciter, pour leur excellence de jeu et leur belle complicité) nous ont prouvé hier soir que le rock français existe toujours et il continue bel et bien à vivre à travers lui, ses chansons et son fidèle public. Renaud, Fatigué mais Toujours debout… avec nous, se transforme en phénix [t’as remarqué, la boucle est bouclée avec ma fable du début] …et s’envole.IMG_1773

Violette, un peu inspirée par Jean (de la Fontaine)

 

 

 

 

 

Dans le dossier :<< C’est le Printemps à Bourges !Tim Dup et le haricot magique >>
Share