Ordre et beauté

A la question : « et toi, tu écoutes quoi, comme musique ? », RIEN n’est plus irritant pour le vrai connaisseur que la réponse « oh, moi, un peu de tout ! »

Désolé. Une collection de CD sans âme et mal foutue nous donne la nausée. Nous montrer un lecteur mp3 avec une longue série disparate de chansons, mal taguées, sans ordre et mélangées come une macédoine indigeste n’est pas une preuve d’éclectisme et d’intelligence culturelle. Aimer tout, c’est ne rien aimer. La variété n’est pas le n’importe quoi. Un grand mélange de couleurs mal choisies donne toujours un horrible marron grisâtre.

Dis-nous plutôt, ô interlocuteur, que tu aimes tel genre à la folie, tel groupe sans modération ou telle époque avec furie. N’hésite pas à avouer un penchant pour le punk hardcore suisse ET les chansons populaires grecques. Lance-toi en nous donnant des noms de groupes inconnus, mal-aimés, maudits ou passés de mode. Surprends nous par une passion froide pour la cold wave ou le blues de Chicago.

Mais, de grâce, petit scarabée, ne cède pas à la tiédeur hypocrite des hit-parades et des lieux communs. Ami à deux oreilles, ne tombe pas dans le piège mortel de la musique de supermarché, sans saveur et pleine de colorants artificiels.
Chez Songazine, nous aimons beaucoup de choses, oui. Mais nous les aimons avec force et savons dire pourquoi. Chaque point de vue est différencié, argumenté, décortiqué, vécu et défendu.

Nous sommes de ceux qui n’écoutons pas « un peu de tout » mais de quelques uns, vraiment beaucoup. Et nous voulons vous le faire partager. Ici, côté musique, ce n’est pas le supermarché, mais l’épicerie fine, avec des ingrédients purs et le sourire du patron.
Non, mais !

Songazine Team

Jérôme V. SongazineJérôme V. s’ennuyait ferme. Placardisé dans une big world company, il se mit un jour à écrire, écrire et encore écrire, tel un Forrest Gump mais en plus rock. Depuis il ne s’arrête plus et il a même trouvé des joyeux compagnons de route. Rédac’ chef, chroniqueur… c’est mieux que rond de cuir, non ?

Juliette SongazineDans quel état j’ère ? Cherchez moi entre petite ou grande Bretagne, Lyon et Lille ; écumez les bibliothèques -rayon vieux bouquins, les bars rock’n roll, l’ESJ et les salles de concert. Vous finirez par me trouver. Après, vous pouvez m’offrir une bière, histoire qu’on parle un peu musique, non ?

Thomas SongazineLe chroniqueur de Songazine, alias Thomas Monot, est un journaliste musical en devenir. Il interview ou chronique tout ce qui est musique. Il possède une sainte trinité : rock, blues, jazz. Cependant, il écoute d’autres genres musicaux, sauf la redoutable « variétoche » française ou internationale.

HediaAdepte de rock progressif, toujours un livre à la main, je suis nostalgique des années 70, je pense que Nursery Cryme est un des meilleurs albums de tous les temps et Echoes une des plus belles compos. J’écoute France Culture, je regarde Arte.fr et j’ai jeté ma télé. Bref, je suis chiante…

sylvainLes mots, c’est moins mon style que le pinceau. Noir et blanc, simple, sobre, voilà le Songazine que j’aime. La petite touche oldies qui va bien avec, et je me mets bien. Si Jérôme « Human Machine » V. est ok sur les visuels, on se met très bien. Si en plus vous aimez la DA de Songazine, on se met tous très, très bien.

Fermement ancrée dans la diagonale du vide et réfractaire aux musiques intelligentes, Henriette de Saint-Fiel poursuit un inaccessible Graal : écrire sans faute d’orthographe une thèse sur la contribution d’Henry Trollope à la naissance du punk-hardcore canadien. Et sauver tous les chatons du monde.

Guillaume SongazinePetit, fermé d’esprit et jarre à biscuit sont des mots particulièrement mal choisis pour me décrire. Fort heureusement pour vous, lecteurs, je m’applique bien plus notablement dès lors qu’il s’agit de décrire concerts, disques et autres joyeusetés sonores qui font vibrer l’âme. Un dernier mot ? Fin.

Matthieu SongazineEn 2007, Sarko se faisait élire (par qui, d’ailleurs ?) Mauvaise nouvelle. Mais en 2007, bibi se lançait dans l’exploration d’un monde infini et stupéfiant, nommément la « zikmu ». Neuf ans ont passé. Et pour résumer tout ce qui s’est passé, je dirai : pépitos, pop punk, rock’n’roll et éclectisme.

Chantal SongazineLa pop folk est son absinthe, le rock… son adrénaline et la prose, son univers métaphorique. Avide de nouvelles pépites, cette azuréenne en exil a fait de l’écriture, un leitmotiv ! Et puis, il y a ces plaisirs simples telles l’ambiance d’un pub, l’ivresse décadente d’un solo de guitare ou une bière !

PascaleChef d’entreprise, Pascale avait envie de sortir de son univers sérieux pour titiller un univers plus rock’n roll. Songazine, c’est l’alliance de deux passions : la plume et les notes. Les terres de prédilection de Pascale ? La musique pop et électro, la soul et le jazz. Et par-dessus tout, la passion des concerts.
Pierre-Antoine

Le destin. Une force titanesque prête à tout pour tester un homme et le pousser au-delà de ses limites. Mais lorsque l’homme en question est un bas-normand coincé dans un corps de mafieux italien fan de metal et de musique épique, on est en droit de se demander s’il n’a pas bu. Enfin bon… Cheers !

 

Songazine