Graveu-Krisis
Cet article est le numéro 3 sur 7 du dossier Feïkke Records

J’ai rarement entendu un disque aussi violent que cet album des Graveu Krisis : ce Fokkin Wizz A Chainsaw in Warsaw est tout simplement à tomber à la renverse. La relève du Hardcore Nailer Extrême est assurée.

Le trio de la célèbre Radiation Bay Area (entre Fukushima et Tchernobyl pour faire simple) a mis les petits tas dans les grands et a coupé les chevaux en quatre pour réaliser ce treizième disque. Une fois encore, c’est Feïkke Records qui a déniché cette merveille punkissime et on leur dit merci.

Le bruit de fond permanent est dû à une tronçonneuse en train de découper une carcasse de bœuf surgelée et cette performance est réitérée à chaque fois en live, avec tout le talent et la dextérité de Mike « Red » Meat. C’est un transfuge des abattoirs Charal, recruté expressément par leur producteur australien Steeve Talblinis. Aucun morceau ne dépasse 47 secondes, et c’est tant mieux car on frôle l’insoutenable comme dans « The Pigs Skreem », voire « Rape Gravel » ou encore « I Put your prick in the grinder ». Il n’y a plus de mots pour décrire cette furia moléculaire, atomique, fondamentale, quasi-tellurique. La puissance de titres comme « Niklear nike U », « Nasa rocket fire licking » et « Metastatic extatic » est phénoménale : les passer juste une fois au plus tenace des djihadistes capturés lui ferait avouer l’intégrale des codes de cartes de crédits de ses sponsors du Golfe et s’engager à faire le pèlerinage de Lourdes à genoux (et de Guantanamo, ça fait loin !)

On raconte qu’au dernier Shellfest, un ingénieur du son a implosé lors des réglages avant leur concert et qu’on a retrouvé des centaines de bouchons d’oreilles ensanglantés après la fin du célèbre festival… alors que l’on sait que ce sont bien eux qui ont terminé la programmation du dernier soir !

Leur ingénieux chanteur-guitariste Luke «Traumanoma » Glee a fait produire pour lui seul une six-cordes brevetée par les usines Mig et un ampli secrètement conçu par Areva. Quant au batteur Trini Tro-Lol Tuène, on raconte qu’il a frappé à la porte de sa banque un jour où elle était fermée et qu’une femme enceinte de 8 mois habitant trois étages au-dessus a accouché dans les dix minutes qui ont suivi. Toujours est-il que ses baguettes sont fondues dans un acier spécial chez Krupp, à Mannheim et qu’il en tord 4 à 5 paires par concert. Graveu Krisis mérite toute votre attention, même à cinq pâtés de maison d’écart.

Jérôme « trop lol tuène » V.

Dans le dossier :<< The Stocks : une saison en enferCou Papillon Cou : la chanteuse que la pop française espérait >>