Logo BanzaïLab
Cet article est le numéro 4 sur 9 du dossier Banzaï LAB

Un label, c’est une étiquette, c’est comme une classification sous laquelle un artiste ou un groupe se range lorsqu’il s’associe à des professionnels afin de mettre en avant sa musique. On connaît aujourd’hui 3 grands labels, Universal Music Group, Sony Music Entertainment et Warner Music qui représentent environ 80% du marché de la musique

Ce qu’on connaît parfois moins, ce sont ces labels indépendants qui constituent l’autre partie du marché de la musique, ceux qui sont les avants-gardes de la musique, qui s’imposent comme un à-côté dans lequel la musique prend une liberté nouvelle.

BanzaïLab fait partie de ces labels associatifs indépendants. Il a été crée en 2007 après la création de l’association ASIL en 2006 par le groupe UnitedFools. Ce groupe qui mêle si bien guitare électrique, instruments classiques et performances électroniques, à donné son âme au label qui est aujourd’hui caractérisé par son éclectisme et sa transversalité artistique.

Du Hip-Hop au Drum’N’Bass en passant par le Jazz et le folk, BanzaïLab fonctionne comme un univers à part, une bulle indépendante dans laquelle la production est riche et s’influence constamment. Il s’agit d’un univers au sein duquel différents mondes se croisent, s’enchevêtrent et se complètent. Il s’agit d’un label en mouvance, qui trouve de nouvelles réponses face à de nouvelles problématiques. Ce n’est pas juste un endroit où de la musique est produite, mais il s’agit plutôt d’un incubateur d’activités artistiques, de nouveautés prêtes à surgir dans le monde de l’art.

La transversalité est signifiée par la communication développée au sein du label. Chaque artiste apporte sa pierre à l’édifice. Chacun est acteur de l’expérience d’autrui ce qui instaure une interaction des influences et amène petit à petit de nouvelles créations. Le label est actif et engagé en vue d’une diversification et une propagation de l’art. Ils font de la production quelque chose de contagieux. Cette volonté d’étendre l’art se retrouve dans l’autre facette de ce label qui est un véritable acteur du monde musical et des scènes.

Un label est principalement intéressant pour produire les albums et pour développer des stratégies de communication performantes visant à accroître la popularité d’un artiste. Chez BanzaïLab, la qualité et la performance passent aussi par une présence sur les scènes ! En effet, outre les 11 albums produits par le label, ils ont été jusqu’à présent un véritable acteur de la scène artistique bordelaise, mettant en place des concerts, des rencontres, des performances, des événements et beaucoup d’autres choses. BanzaïLab n’est pas qu’une maison de disque, mais est tout simplement un acteur de la démocratisation de l’art.

Leur mission consiste à fournir aux artistes un accompagnement professionnel suffisant, afin qu’ils puissent être en mesure de défendre leurs créations et de mettre en avant leur art et la communication autour de celui-ci. Ils aident les artistes à se développer autour de leur art. Véritable ruche artistique, ils offrent une transversalité et un champ infini de possibilité. Par exemple, afin d’étendre la création artistique, ils n’hésitent pas à établir des collaborations avec d’autres milieux artistiques. BanzaïLab permet aux artistes d’affronter tous les univers de la création musicale : du cinéma aux spectacles en passant par le design sonore, le but est vraiment d’établir une collaboration et de créer toujours encore plus, d’étendre et d’enseigner la musique, et la culture artistique en générale.

Finalement, on ne peut s’empêcher de rappeler que « Banzaï » veut dire Mille Ans, ce mot représente la longévité, voire l’éternité. Ce « Lab », label, labo, à pour volonté de trouver des moyens concrets qui permettent de pérenniser des projets artistiques individuels et collectifs. Leur but est de développer l’art comme un mouvement commun, partagé et durable qui s’inscrit dans l’éternité de notre existence, et qui sache faire face aux mutations constante de notre époque.

Songazine va suivre BanzaïLab tout le mois de juin, pour en savoir encore plus, restez à l’écoute !

VIERSAC Axel

Dans le dossier :<< Senbeï ou les êtres anamorphiquesFeldub : Gironde loves Jah too >>
Share