Senbei
Cet article est le numéro 3 sur 9 du dossier Banzaï LAB

Coup-de-coeur du mois 2017-2

Dans la nuit sans profondeur

La beauté farouche se dévoile

A l’abri des regards blafards

De contrejours aigus elle se farde

De paradoxes ambigus elle se pare

Ce soir la grande Lune a chassé ses rayons

Aucun halo brumeux pour chamarrer la noirceur ambiante

Le talon filiforme qui aiguise le mollet

La robe anthropomorphe qui attise la rondeur callipyge

La blancheur virginale de la gorge enamourée du bustier pigeonnant

Le cil ébène outré en frondaison

La chevelure léonine effarouchée sur les épaules dénudées

Et dans la moiteur effrontée des corps qui se frôlent sans se voir, qui se désirent de se repousser

La déesse aux mille regrets parfume de son aura électrique la scène extatique

Les regards ludiques admirent ses courbes en ignorant de leur dédain son visage d’ange déchu paré du masque de la luxure

Mais ce soir est un autre soir.

Un soir où tout bascule.

Dans la pénombre volatile une autre âme noctambule attend l’heure fatale.

Son être androgyne à la plastique latexée ondule au sein de la foule, passe inaperçu sans s’y mêler.

Les pulsations électroniques ne magnétisent pas les battements érotiques de son cœur.

Et quand la porte arrière claque dans la ruelle humide libérant la danseuse démaquillée, il est là, fort de sa différence et de son indifférence au monde futile.

La lune éclaire de son aura laiteuse leur rencontre.

Tels deux aveugles, leurs mains se touchent et se parlent, leurs bouches s’entrouvrent gourmandes, leurs corps s’apprivoisent et le dialogue muet de leurs regards s’incarne.

Les grillons célestes poussent le chant de la terre et la nature accueille l’union de ces deux êtres paradoxaux en son giron divin.

Les masques sont tombés, piétinés.

Dans leur nudité originelle, débarrassés de leurs oripeaux, les deux enfants se glissent dans un cocon virginal sans apparat.

Et s’adonnent aux jouissances immémoriales.

La solitude a trouvé son double, son écho.

Et nul ne sait si cette nuit dure un instant ou l’éternité.

Mais le temps est suspendu.

M.D.

« NIN », le nouvel EP de Senbeï, disponible sur Youtube.

 

Dans le dossier :<< Banzaï Lab #9, la compil’ pour chiller tout l’étéBanzaïLab : incubateur de l’art de demain >>
Share