Margaret Thatcher
Cet article est le numéro 2 sur 7 du dossier Punk TPE élèves Première

Le mouvement punk trouve ses origines dans les garages américains des années 60. Des jeunes des quartiers populaires se regroupent et jouent un rock brutal, sauvage, violent en complète opposition au rock n’ roll diffusé par les radios, jugé trop conventionnel par ceux qui façonnent déjà un courant bientôt plébiscité par les jeunes londoniens.

Au début des années 60 le rock n’ roll d’Elvis, qui avait su choquer l’Amérique, devient une normalité et s’enlise dans le répertoire américain. Parallèlement le mouvement hippie bouscule les codes et s’impose comme un mouvement contestataire. Fleurs dans les cheveux, herbes douces aux coins des lèvres, vêtus d’une simple chemise de chanvre, ils occupent les terrains boueux de Woodstock et font jouer à leurs guitares des airs libertaires. Des groupes punk comme MC5 s’associent pourtant aux contestations du mouvement hippie et fréquentent ce milieu si différent de leur idéal. Alliés de subversion, et non d’idées, ils ne partagent que cette volonté révolutionnaire. Les punks finiront par se construire en opposition au « Flower power » tant au niveau idéologique, vestimentaire, que musical.

Initialement, le terme anglo-saxon « punk » désigne un voyou, un hors la loi, un vaurien ; et c’est cette dénomination qui caractérise ce mouvement, qui au début des années 70, vit enfin par lui-même. Les New York Dolls jouent un rock provocateur, inconscient qui ne prend même pas la musique au sérieux. Ils s’émancipent des codes en vigueur et assument leur amateurisme. Si le New York Express, un journal de gauche, reconnaît aux artistes un côté « innovant et dérangeant », les autres quotidiens se méfient de cette musique en rupture avec la culture sixties et la société toute entière.  

C’est au milieu des années 70 que le mouvement punk s’exporte sur le sol britannique. C’est un choc entre deux cultures antagonistes et pourtant les jeunes anglais s’approprient le style punk plus radicalement que ne l’avaient fait les américains. Tout devient plus agressif, plus radical, le garage punk mute et devient incontrôlable. Le style de vie excessif des groupes phares entraîne une volonté toujours croissante de provoquer et de dépasser les limites fixées par la société.

Mais cette réaction si inattendue n’est que le fruit d’un arbre nourri par la main de fer de l’Angleterre bourgeoise et conformiste des années Thatcher.

Si l’arrivée du mouvement punk sur le sol britannique coïncide avec les années Thatcher ce n’est pas un hasard. La dame de fer est devenue au fil de ses onze années au 10 Downing Street, le meilleur ennemi du rock anglais. L’IRA n’a pas le monopole de la subversion, les punks dédient à « Maggie », comme ils aiment l’appeler, des paroles, des couplets, des chansons entières, symboles de leur irrévérence et de leur ambition.

Au cœur de ce monde en crise, le punk apparaît donc comme marginal et déviant. Mais qui est en réalité cette jeunesse inquiète si controversée ? Et quelles sont les valeurs et revendications véhiculées par ce mouvement anglais subversif ? Ils « zonent » dans le quartier de Soho, bien loin du Camden touristique, haut lieu du pèlerinage que viennent honorer les touristes désireux de se frotter aux épingles à nourrices de ceux qui ont hanté les rues pauvres de Londres. Chômeurs, fils et filles d’ouvriers, ils n’ont jamais connu que les banlieues d’une périphérie précaire.

Cette pauvreté apparente est le catalyseur du nihilisme latent qui caractérise cette jeunesse qui se présente comme anarchiste, iconoclaste et apolitique. En s’inscrivant en faux contre l’establishment bourgeois, réactionnaire et protestant, ils prônent la libéralisation sociétale et condamnent toutes les normes et valeurs qui leur sont contemporaines.

Mrs Thatcher, symbole la classe dirigeante, réplique en instaurant une vive politique de rigueur. Elle est alors haïe par les groupes punks et gauchistes. C’est en 1979 qu’elle accède au poste de premier ministre et devient le catalyseur du mouvement en faisant publier une série de mesures « anti-punk ». Elle ferme les « Acid house »; elle met en place un couvre-feu qui oblige les pubs à fermer avant 2a.m. ; elle censure les affiches et chasse des ondes certains titres punk. Autant de réformes qui alimentent des textes toujours plus brutaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MC5 : kick out the jams

Dans le dossier :<< God save the punk (intro)(MUSIQUE) Sex Pistols : simple voyous ou avant-gardistes ? >>