Binic Folks Blues Fest strike back Rennes - 31.07.2018
Cet article est le numéro 4 sur 5 du dossier Binic Folks Blues Festival 2018

Après avoir eu le blues rock pendant trois jours, c’est toujours pareil ensuite, on a le blues tout court ! Et c’est moins fun !

Mais c’était sans compter sur le Binic folks blues fest strike back Rennes, comprenez un « After Binic » organisé dans le théâtre de verdure du parc du Thabor à Rennes le 31 juillet dernier par IDO Spectacles et Beast Records, pour prolonger l’intensité des moments de joie et des émotions vécus dans la station balnéaire du pays de Trégor-Goëlo.

Rien que pour ça, et c’est beaucoup pour nous, IDO Spectacles et Beast Records devraient être inscrits, avec l’association La Nef D Fous, à l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel géré par le Ministère du garage rock !

C’est donc dans cet écrin de verdure, autrefois jardin potager et d’agrément des moines de l’abbatiale de Saint-Melaine, que 750 personnes ont choisi de passer cette soirée estivale. Un succès retentissant quand on sait que l’organisation attendait… 300 personnes tout au plus ! Surtout qu’au même moment, le Mondo Bizarro programmait le mythique groupe de punk rock californien The Dickies !

Même au cœur de l’été, Roazhon rocks !

A peine le temps de saluer Dimitri Kucharzewki et Johanna Brockmann des Midnight Scavengers, dorénavant installés à Rennes – cela nous permettra de les voir sur scène plus souvent -, que The Slighty Old OnesChristophe Rehault (Wolfoni), au look rockab et contrebasse, et Gil Riot (Casse-Pipe, Rio Cinéma Orchestra, Orville Brody, Tim Bewlay) au chant/guitare – ouvrent les réjouissances en ce début de soirée. Une belle entame car dans « réjouissances », il y a « jouissances » dois-je vous le rappeler !

Puis c’est au tour de nos amis transalpins de Big Mountain CountyAlessandro Montemagno (chant, guitare), Francesco Conte (claviers, guitare, chant), Wolfman Bob (basse, maracas) et Bruno Mirabella (batterie) – de rejoindre la grande scène au bas du théâtre de verdure. Révélations du Binic festival 2017, les quatre Romains ont à nouveau marqué la dixième édition qui vient de s’achever. Malgré la fatigue de fin de tournée, ils donnent une nouvelle fois tout ce soir, sous la houlette de leur chanteur Alessandro, sexy comme à son habitude. Leur psych-rock sale et sauvage (‘’dirty and wild’’ dans le texte) enchante, les mélodies sont addictives, les maracas jaunes de Wolfman Bob sont devenues mythiques. Un grand moment de partage, de générosité et d’amitié.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Précédé d’une flatteuse réputation depuis leur début sur la scène de Melbourne début 2016, le quatuor post-punk Bench Press – Jack Stravrakis (chant), Morgan Griffiths (guitare), Lewis Waite (basse) et Jordan Hicks (batterie) n’a pas failli, faisant montre d’une énergie punk foudroyante. Tel un félin en cage, le charismatique Jack Stravrakis s’approprie l’espace, arpente la scène de droite et de gauche, en perpétuel mouvement, déversant les frustrations et les affres de la vie moderne avec une scansion punk, tendue, dans l’urgence. Sa voix, à mi-chemin entre la déclamation parlée et le chant, n’est pas sans rappeler le Sprechgesang cher à Jason Williamson, le chanteur de Sleaford Mods, ou encore celle de Charlie Steen de Shame. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Place enfin au desert/gothic blues & outlaw country de Rhyece O’Neill and The Narodniks en provenance de Melbourne. Rhyece O’Neill (chant, guitare) et la troublante Karli Jade (chant, tambourin) offrent une pyrotechnie de blues-rock noir, romantique et lettré, aux côtés de Tim Deane (Ron S. Peno, James McCann), époustouflant de talent et de justesse à la guitare, Rick Studentt (Me-Graines, Kim Volkman & The Whiskey Priests, X) à la basse, Mark Sibson (Seedy Jesus) à la batterie et Liam Justin Wilkerson aux claviers & harmonica.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un final en apo-théose et apo-plexie (au point de devoir s’asseoir quelques minutes pour se reconnecter à la Terre), qui vient clôturer une très belle soirée !

Alechinsky.

Concerts à venir : Bench Press : 11/08 @L’Armony (39 rue Edouard Vaillant à 93100 Montreuil). Rhyece O’Neill and The Narodniks : 6/09 @Le Farmer (14 montée des Carmélites à 69001 Lyon).

 

 

Dans le dossier :<< The Floors – Join the fightRHYECE O’NEILL & THE NARODNIKS, BLUES-ROCK NOIR, ROMANTIQUE ET LETTRÉ >>
Share