cahors live report

Les connaisseurs

15 juillet, belle soirée à Cahors sous un ciel bleu.

L’ombre sanglante de l’attentat de Nice de la veille pèse encore et chacun y pense, public, organisateurs et musiciens.

Le show commence devant un parterre de connaisseurs. Blanc, quinquagénaire et en vacances seraient les trois adjectifs pour qualifier le public dans sa grande majorité (ça tombe bien, je réponds aux trois critères !).

Leadbelly pourrait être fier

Eric Bibb, d’une élégance remarquable et son compère Jean-Jacques Milteau démarrent en formation légère avec un batteur et un bassiste. Ils interprètent les titres du grand Leadbelly, comme sur leur tout dernier CD que nous avions chroniqué (et aimé), ici.

Bibb possède un jeu subtil de guitare et Milteau est un prince de l’harmonica.

Le soir tombe doucement dans le Lot estival et doux, et les chansons s’enchaînent, telles Midnight Special, The house of the rising sun, Where did you sleep last night et on se rend compte du nombre de « classiques » écrits par le légendaire blues man de Louisiane que les Lomax ont permis de nous faire découvrir.

Respect et merci pour ce set tout en finesse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sugarray Rayford met le feu a capella

On change de registre pour du blues électrique et touffu.

Sugaray Rayford est un bon gros géant, son groupe démarre en trombe. Guitariste puissant, batteur qui envoie, cuivres ex-Amy Winehouse, clavier déchaîné et bassiste buriné qui assure. Ambiance internationale !

Notre homme est un show man, un phénomène et …grand moment, il descend dans le public, lâche son micro et chante  a capella tout en se promenant dans le foule. « Enorme ! » diraient mes fils, et Sugaray dégage un sacré charisme.

Les morceaux alternent rythmes endiablés et blues finement joués. Jusqu’au bout de la nuit pourraient-ils aller ? Sûrement !

Unique et fort.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

To cut a long story short : bravo au Blues Cahors Festival, organisation nickel, sono parfaite, à boire et à manger dans l’esprit de convivialité, d’humanisme et de partage que certains appellent … le Blues Spirit.

Jérôme « Southside » V.

Special thanks

PS : merci à Sophie Louvet, ainsi qu’à Yohann Feignoux (Nuevaonda) de m’avoir invité !

Cahors_blues_festival affiche

Share