Love
Cet article est le numéro 2 sur 6 du dossier Chanson d'Amour

L’Amour… le thème prépondérant de la musique, en même temps ça se comprend : n’y a t’il pas plus jolie façon de déclarer sa flamme qu’avec une sérénade? Et cela dure depuis des siècles. Exprimer l’amour, c’est simple, facile, presque naturel. Mais Il n’y a qu’un seul moment dans une relation où tout notre corps, notre âme, notre cœur nous rappelle ô combien « l’autre » est important, c’est le moment où on le perd.

La rupture, le deuil, le départ ont souvent donnés vie aux titres les plus extraordinaires du répertoire musical. On a tous dans nos playlists des chansons que l’on écoute en boucle dans ces moments, celles qui nous prennent aux tripes et nous plongent dans une divine mélancolie, un amer bien-être fait de douleurs, larmes, frissons et doux souvenirs, mais étonnamment salvateur. Qui n’a pas besoin de se laisser aller à la tristesse de temps à autre, d’embrasser ses émotions, un pot de glace à la main, un plaid sur les épaules, une boite de mouchoirs tout près, et le casque sur les oreilles. Oui souvent le casque, pour le coté intimiste du moment, sans être dérangé par les bruits parasites des alentours. Parce que ces moments ritualisés, presque sacralisés, n’appartiennent qu’à nous.

Le cocon est créé, la bulle se referme autour de nous, il n’y a plus qu’à presser le bouton « Play », et laisser courir ses souvenirs au grè des mots d’amours et des mélodies en mineur, commencer son voyage de reconstruction.

Dans les incontournables on commencera par le sublime One de U2

Pour enchaîner sur des classiques du rock, Still Loving You de Scorpions

Attendre son retour avec Wish You Were Here des Pink Floyd

Puis laisser monter cette vague d’émotion avec Exit Music (For A Film) de Radiohead

Et ce délicieux appel à l’amour, avec Angel de Massive Attack

Pour partir sur la douceur et la légèreté de l’électro d’Alphawezen, et se rappeler les actes manqués avec Speed Of Light

Peut-être qu’on la repassera une fois, pour être sur…. avant de s’enfoncer dans la mélancolie du Désert d’Émilie Simon

Enfin le très beau et douloureux Hurt de Johnny Cash, plein de regrets.

Puis il y a les mots pour exprimer la perte, ceux qu’on n’arrive pas à dire et que certains trouvent pour nous, comme dans l’intense Montée Là-Haut de Damien Saez.

Ceux qui nous bouleversent tant ils sont justes, comme dans Voilier de Scylla accompagné du doigté magique de Sofiane Pamart pour un doux moment de recueil.

Et ceux pour nous aider à exprimer ce que l’on ne peut plus dire et continuer d’avancer, ceux que Ben Mazué nous offre dans Vivant.

On pourrait en ajouter 1000 autres à cette playlist, tant de chef-d’œuvres sont nés de ces sentiments. Chaque histoire à sa fin, et la bande originale qui l’accompagne. On les garde précieusement, des fois secrètement, car il n’y a pas plus important que ces mélodies sacrées qui nous replongent dans nos histoires, et quand nous avions décidé de nous débarrasser de tout, elles restent souvent les doux vestiges de nos amours passés, des souvenirs heureux de nos émois de jeunesse envolés.

Meuhl, entourée de mouchoirs et de pots de glace.

P.S.: Si vraiment il vous en faut plus, voici une playlist composée avec les réponses à la question:

Et vous, quelle est votre chanson de « fin d’amour » incontournable ?

On attend vos retours en commentaires pour l’étoffer!

Dans le dossier :<< Chanson d’amour…Arigato Waterweed >>
Share