Cahors 2019 Axel Bauer r

Le festival cadurcien et lotois, dirigé par le formidable Robert Mauriès n’a pas déçu pour son ouverture, en ce vendredi 12 juillet 2019.

Légèrement déplacé en raison de la construction d’un multiplexe cinéma ambitieux et moderne dans le centre de Cahors, le festival n’a pas démérité, ni faibli, bien au contraire.

La journée d’ouverture fut grandiose et on vous dit pourquoi. Voici nos coups de cœur (sous un chaud soleil puis une douce nuit d’été, encore une fois les dieux de la météo furent cléments, car ils aiment le blues, musique qui leur dit forcément quelque chose).

The Bluesbones : belges sincères

La découverte de l’après-midi, sur la scène « Johnny Winter » ainsi nommée en l’honneur de ce géant qui fit son ultime concert dans cette ville en 2014… Un beau son, de l’authenticité, un orgue Hammond : ça fonctionne et ça tient aux oreilles. Louvain / Leuwen rocks, baby !

Jessie Lee and the Alchemists : voix qui porte et son pur

La belle rousse et son gang assurent, elle chante beau et fort, ils sont en place, on y est, la soirée est lancée.

Will Barber trio : slide guitar qui s’emporte et vous emporte

Assis sur sa chaise, le barbu tatoué déchaîne ou apaise sa guitare horizontale. Il pousse le son, « métallise » la scène, aidé par un batteur « énorme » et un super bassiste. Moment fort : la reprise d’Another Brick In The Wall !

Axel Bauer : les tubes, le blues, le show et la maestria guitariste

Il a travaillé son show (en trio) ! Les chansons attendues, que nous connaissons tous, (Eteins La Lumière, Cargo, A ma Place), sa setlist personnelle et il nous a fait une brillante démonstration de son talent aux six-cordes (mais combien en a-t-il ? chez Fender et Gibson tous les tampons de la carte de fidélité sont mis !). Il joue des classiques du blues (par exemple I Don’t Need No Doctor) et n’oublie pas un explosif Voodoo Child pour nous renvoyer dans la nuit tiède, la tête et le corps heureux.

Une magnifique soirée, remercions les équipes du festival, ses bénévoles, Sophie et Bruno, les trois accords du Diable et bien sûr le 4.6., ce département pas trop fréquenté mais riche de saveurs et de bonheurs !

Jérôme « donnez-moi quatre jetons bluesy, SVP » V

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Share