Francofolies (1)
Cet article est le numéro 2 sur 8 du dossier Francofolies 2019

Ça y est, le festival des Francofolies est lancé dans La Rochelle ! L’ambiance est à son comble, le temps au beau fixe et la musique coule à flot… ou la bière… ou les deux ! Quoi qu’il en soit, hier on a eu chaud, très très chaud. Et il faut dire que la programmation était juste dinguissime.

Retour sur le mercredi folie, premier jour des Francos :

Les festivités ont commencé au Théâtre Verdière, avec la musique haute en couleur de Jaune. Avec un style électro sur fond pop, le batteur de Frànçois & The Atlas Mountains se la joue solo avec Jaune et confirme un univers poétique et lunaire, une véritable explosion de couleurs et de bonheur auditif.

Ensuite, c’était l’heure du bain de foule. Direction l’énorme scène Jean-Louis Foulquier, pour applaudir les garçons de Radio Elvis. Dandies distingués, chics et un peu rockeux, ces garçons-là ont fait vibrer les guitares et les batteries pour mettre le feu à la scène et le public a chantonné avec eux.

Comme à son habitude, Gaëtan Roussel a subjugué le public. Avec ses textes mélodieux utopiques ou mélancoliques connus de tous, une vague de poésie (et d’espoir) s’est répandue sur Saint-Jean d’Acre faisant chavirer la foule au rythme des chansons.

L’envoûtement a continué avec la belle Angèle. Digne d’un show à l’américaine, avec lumières et danseuses, le public survolté s’est rebellé avec elle en scandant ses refrains tout en dansant jusqu’à l’ovation finale. C’est clair, qu’hier soir, on voulait aussi ses yeux.

Et enfin, -M-, le sublime, l’unique, le magique, a clôturé en beauté cette première soirée des Francofolies. En véritable dieu de la guitare, il a enchaîné riffs, solos et accompagnements électros avec machines, pour donner l’exceptionnel et tout le monde disait « aime » à -M-.

 

Anne-Laure, cœur cœur love et musique for ever

Dans le dossier :<< Les Francofolies, à la folie !Je dis -M- à la folie aux Francofolies >>
Share