secours alpiniste

Moi j’aime pas la neige. Mais alors pas du tout. C’est pas bio, on se pèle les miches, certains en profitent pour enfiler d’odieuses Moon Boots, ça glisse, à Paris c’est le bordel dans les transports et les concerts sont annulés. Bonus : on est obligé de voir une marée décolorée et uniforme de photos de jardins couverts de sucre sur Facebook. Non mais, rien à battre ! La montagne, mouais, je trouve que c’est beau, mais juste en fonds d’écrans et si la mer est potentiellement à plus de 100 mètres de mon hôtel avec piscine et cocktails, j’annule mes vacances.

Alors, les alpinistes ?

Je me permets de vous exprimer que je ne partage pas l’enthousiasme bêlant ou l’admiration en mode « woaw » que certains expriment en voyant vos têtes (toujours) brûlées à la TV. Parce que, de mon point de vue à zéro mètre d’altitude, le fait de :

UN : Perdre ses arpions de main et de pieds avec frénésie, façon Maurice Herzog, avec des variantes comprises entre 1 et 20 (forcément),

DEUX : Coûter régulièrement un million d’euros au contribuable en frais d’hélicoptères, gendarmes, toutous, pansements et ambulances pour aller vous chercher dans des endroits où même le Yéti dépose le bilan,

TROIS : Pleurnicher et pleurnicher encore parce que John, qui était si beau et si barbu, a disparu (c’est ballot) sous cinquante tonnes de poudreuse ou dans un gouffre qui ferait passer Padirac pour un dos d’âne sur l’avenue Montaigne,

Tout cela me les brise menu. Allez-y au sommet du sommet des contreforts de bleds chais-pas-où et pas démocratiques, ça c’est certain, mais lâchez-nous, après ! Vous vous mettez le doigt (enfin ce qu’il en reste) dans l’œil si vous vous pensez les rois du monde, tellement supérieurs par l’altimètre et que vous êtes sooooo rebelles, là je dis triple salto de LOLitude. D’ailleurs, hier, je tombe sur un reportage (post-mortem) où l’un de vos chers disparus déclarait sans rire :   « Là-haut je me sens si bien, c’est comme si c’était un immense frigo à ciel ouvert » (sic)… Alors, grimper à 8000 mètres pour arriver à cette brillante conclusion, je vous tire mon chapeau et vais derechef ouvrir le mien (de frigo) et me servir une crème Mont-Blanc. Risque faible, plaisir supérieur.

Je ne vous embrasse pas, vous avez des engelures partout

Jérôme « tropical » V.

 

Share