Stone Broken band

Je suis un tabouret. Je réside dans le showroom de Gibson France et je suis déplacé entre les canapés, la table basse, les coins… au gré des rencontres, des show cases, des release parties et des séances d’interview. C’est mon job, man.

J’en reçois des postérieurs, de musiciens, de journalistes, d’attachés de presse et de pros du show business. Croyez-moi, j’entends tout et je suis bien entouré, par les 250 guitares qui peuplent ce showroom de prestige…

Cet apm, tiens c’est le popotin du rédac’ chef de Songazine qui m’écrabouille un peu. Il s’est placé pas trop loin du canapé, mon pote gris et moelleux. Lui, il se tasse sous Rich Moss, chanteur-leader et Robyn Haycock, la jeune femme rousse qui tape sur les peaux de la batterie dans le groupe Stone Broken. Ils sont très gentils, courtois, motivés et enchaînent les entretiens : sourires, réponses, avec leur accent qui vient de coins comme Wolverhampton, Birmingham ou Walsall, leur ville de ralliement. Vous savez, nous on sait tout, on a les dossiers de presse qui nous causent, ils sont posés pas loin et ils bavardent, ils bavardent (bon, c’est leur job, faut pas leur en vouloir).

Les copines à six cordes m’ont rapporté que c’est de la bonne, avec du palm mute comme elles aiment et du bon riff qui gratte le dos, du lâcher de puissance qui fait du bien. D’ailleurs elles ont déjà écouté l’album qui sort le 2 mars : « Ain’t always easy » (c’est pas toujours fastoche, dans la langue de Trust, je vous rappelle que je crèche pas loin de République, donc on traduit, on traduit pour vous, les amis).

interview Stone Broken

Toujours est-il que le rédac’ chef en question, il pèse son poids, cela doit être son goût pour les petits plats maison de Madame, alors il tourne, il vire, il essaie de sortir son plus bel anglais, fait quelques vannes. Au moins, tout le monde est relax, y’a pas de lézard. Le canapé me transmet que les zikos sont un peu claqués, mais que le courant passe, seulement faudrait pas que ça dure trois plombes. Heureusement, voilà, c’est tout bon, ils vont faire une ch’tite photo à côté. Ok, ça c’est fait, go to interview #12 à suivre… ah, une mignonne journaliste, longs cheveux noirs, pantalon en cuir, mince, yesss, aaah youho… et flûte, elle se pose sur l’autre canapé ! Je m’ennuie, maintenant.

La prochaine fois, je vous raconterai ce qui s’est passé sur moi, après la fermeture du showroom, mais ça c’est pas pour les enfants. Mais alors pas du tout !

Jérôme «leather stool » V.

PS : ne les manquez pas en concert , date unique à Paris !

Vaureal – Le Forum supporting Jared James Nicols

Ain’t Always Easy’ tour, Spring 2018!

 

Share