secrets of elements monumentum 740

Vous allez finir par vous demander si je suis homme-sandwich pour le label Infiné.

Sachez que Songazine n’est ni homme, ni sandwich, puisque totalement mixte et fondamentalement indépendant.

Zéro publicité, pas l’ombre d’une bannière, aucun intérêt commercial, financier, pas de lobby, de capital et encore moins d’emplois fictifs (puisque nous ne sommes pas payés pour écrire ces chroniques à l’heure où d’autres le furent grassement pour n’en point rédiger!),

En revanche, il est ici question de goût, de subjectivité et d’attrait pour certaines musiques, assurément dans des registres pouvant être proches, selon les filtres mentaux et culturels de chaque rédacteur.

Et le rédac chef, ici, c’est me, myself and I.

CQFD pour expliquer la cause de l’apparition d’un chronique supplémentaire sur un produit « typé » de ce très beau label, qui vient de fêter ses 10 ans.

Cet opus m’a plu, je souhaite en parler pour cette raison simple, claire, évidente.

Clap pour Monumentum, de Secrets of Elements.

secrets of elements monumentum

De la musique électronique instrumentale et évocatrice, voici ce dont il s’agit.

Pour cet album / EP comprenant 5 longs titres, je peux parler encore une fois d’élégance et de poésie sans me commettre, me soumettre ni me démettre.

Trois d’entre eux sont mes favoris :

Le deuxième, Satan’s solution, dépouillé et plein de nostalgie, qui dépasse les 7 minutes et m’a plongé dans un état d’esprit bien rêveur.

Civility Decrease est répétitive, lointaine, B.O. idéale d’un long travelling dans un film de SF dystopique,

Odyssée 2015 porte parfaitement son nom, nous emmenant un peu plus loin. Et « un peu », cela veut dire ici quelques Tera années-lumière. 10 minutes de voyage à Mach 10 puissance 30 mais en regardant le hublot où tout semble figé dans le vide noir de l’interstellaire désert.

Résumons : vous avez lu ce post et vous dites, hmmm pas mal, non ?

Je surenchéris en insistant, plus que pas mal : très bien, à écouter, mérite le détour.

Tiens je vais me faire une playlist « direction les rêves, l’infini et au delà », avec du Zanov, Tangerine Dream et Secrets of Elements.

Bonne nuit les petits et les grands

Jérôme « Kubrick » V.

Share