Kas Product

Never Come Back, c’était Kas Product et tu les as écoutés bien trop fort et tu les as pris au mot. Tu as jeté les bonnes manières et ton loden, tes mocassins ou ton tablier, ton atelier et tous les papiers. Jamais tu ne feras demi-tour, jamais tu ne repartiras dans la zone tiède et molle. La Télé, les pantoufles : jamais.

Parce que la Mona Soyoc était si belle, avec son regard noir et son joli blouson de cuir qui devait être épais. Ses yeux de féline qui ne cillaient pas, son maintien était celui d’une princesse et ses mots en anglais forcément parfaits. Une vestale en noir et blanc, une guerrière qui pouvait chanter ce qu’elle voulait et nous, on avait tous dit : « Ouiii, maîtresse ! ».

Parce que le Spatsz, musicien mutique et raide avait une mèche tellement improbable et des synthés qui claquaient si sec que c’en était métallique, prodigieux, à l’égal de ceux qui venaient de Manchester ou de Cologne.

Eux c’était Nancy, alors on a aimé Nancy. Never come back, tu l’as passé en boucle, avec Take Me Tonight et Pussy X compilés avec rage sur la même cassette, la BASF verte dont tu avais perdu la boîte transparente mais que tu gardais dans la poche de ton Perfecto plein de pin’s, la fourrant partout où tu passais : dans les auto-radios et les retrouvailles du soir chez le Pascal ou le Jo. Il fallait qu’on te la passe ta cassette, sinon tu en faisais une tête, ou, alors tu commençais à pogoter méchant-méchant, après avoir vidé des pintes.

Never Come back, tu n’as jamais repris ton apprentissage,  ou tu as arrêté la fac, ou tu as fait péter ton contrat et sa durée déterminée. Avec la copine ça a cassé, avec le fiancé ça s’est rompu-rompu, crac et puis alors tant pis.

Tu es parti en vrille, en looping desserré, pour toujours bloqué dans ces quelques mesures acides, pleines de fils et de jacks, analogiques mais déjà assez digitales pour toute cette époque à pics. Never Come Back, t’es tout quinqua maintenant, des plis autour du front et des lèvres un peu pâles. Plus de mèche et plus de pin’s. Plus d’impôts et moins de saxos.

Mais jamais tu n’es revenu.

La Mona, elle est toujours aussi belle et le Spatsz, il avait des poches sous les yeux, et tout ça c’est pas grave.

On a essayé, on a fait quelque chose, c’était en noir et blanc, c’était beau et la cassette elle a bien tourné, quand même.

Salut à toi Spatsz.

Jérôme « quite sad tonite » V.

Share