(c) fleuve editions

 

Journaliste et romancière, Marie Charrel publie en 2010 son premier roman, Une fois ne compte pas (Plon) avant d’intégrer Le Monde dès 2013. Elle est lauréate de divers prix journalistiques notamment en matière d’économie et de finance. L’an passé elle faisait déjà partie de l’actualité littéraire avec son roman Je suis ici pour vaincre la nuit (Fleuve Editions, 2017).

Marie Charrel

Cette année, c’est un cinquième roman qu’elle nous propose en virtuose, Une nuit avec Jean Seberg (Fleuve Editions, 2018). Surprenant opus couvrant différentes décennies des XXème et XXIème siècles au cours desquelles on suit les péripéties de trois personnages et de l’actualité gravitant autour d’eux.  La tragédie du massacre du métro de Charonne en 1962 en pleine guerre d’Algérie est le signal de départ pour l’héroïne narratrice Elisabeth (de mère algérienne et de père afro-américain) d’une remise en cause et d’un départ de Paris pour les Etats-Unis alors en pleine lutte sociétale lors de la ségrégation raciale et son défaut de droits civiques pour tous. C’est en s’enrôlant dans le mouvement des Black Panthers qu’elle va faire une bouleversante rencontre avec l’actrice américaine de la Nouvelle Vague Jean Seberg (1938-1979) aussi activiste engagée pour les droits civiques dès l’âge de 14 ans, et bien des prises de conscience lors de ces réminiscences.

Jean Seberg

Toutes deux en révolte contre le racisme ambiant des années 70 et même si Jean Seberg ne tient pas le rôle principal de ce roman, elle confie les hauts et les bas de son existence exilée en Europe lors de cette nuit passée aux côtés d’Elisabeth qu’elle ne connaît pour ainsi dire pas. Elisabeth engagée auprès des Black Panthers doit gagner sa confiance dans un but précis. Une nuit avec Jean Seberg nous fait revivre des événements réels du passé, tels que le harcèlement de militants afro-américains par le premier directeur du FBI Edgar Hoover (harcelés dont fit également partie Jean Seberg poursuivie par le FBI et développant des névroses envahissantes) et l’émergence des mouvements contestataires comme celui des Black Panthers ou alors plus récemment les attentats du 13 novembre 2015 à Paris par l’entremise de la disparition d’un petit-fils pour des choix et convictions politiques.

Inspirée par l’iconique Jean Seberg en tant que figure médiatique et ce qui lui est associé en matière d’engagement politique et par des faits jalonnant la vie d’une Elisabeth troublée et troublante, l’auteur fait naître de son imagination cette rencontre d’Une nuit avec Jean Seberg, un roman qui diffuse une sublime écriture comme on les aime.

Une nuit avec Jean Seberg, Marie Charrel, Fleuve Editions, 361 pages, 19.90 Euros.

(c) Fleuve Editions    (c) @Bruno Klein

Vanessa Mau-d-boiS

Share