Athénaïs, par alexandre-lemaire

L’aube automnale teinte de ses feux la ville endormie… insufflant, dès lors, cette magie si particulière propre à la poésie. Brisant le silence, une voix s’élève… Athénaïs. Elle illumine de son aura les premiers soubresauts d’un monde qui s’éveille. Espérant la douce chaleur de mon foyer, je me hâte. Le titre Love Me More Or Less accompagne chacun de mes pas. L’occasion est là de découvrir Ciao Ciao, un EP en attente de chronique et… de succomber à un nouveau coup de cœur musical. Mais laissez-moi vous en dire davantage.

Une jeunesse montpelliéraine ponctuée par de multiples coups de foudre musicaux (Fiona Apple, PJ Harvey, Cat Power, Feist), une immersion prolongée au Royaume-Uni avec plus ou moins de félicité et un amour guitaristique qui se dévoile et mûrit au pays du thé au même titre que celui du chant, de l’écriture et de la scène.

Fille au pair et lectrice, les tribulations londoniennes d’Athénaïs, de son vrai nom Athénaïs Kébir, deviennent l’essence même de ses premières compositions. Les scènes ouvertes qui ont lieu le soir dans les pubs londoniens (Open Mics) laissent, également, libre cours à l’indéniable talent de la jeune femme. Plus tard, son irrémédiable passion poussera l’enfant prodigue à s’envoler de nouveau vers l’hexagone… un retour au bercail magnifié d’une odyssée longue de six années.

Une première place, en 2013, à un tremplin du JAM lui ouvre les portes de l’école de jazz et Musiques Actuelles de Montpellier. Et de là, tout s’enchaîne… une rencontre avec celui qui marquera un tournant dans sa carrière naissante et deviendra son arrangeur, Sylvain Briat, une signature chez le label Le Petit Chat Noir et surtout la naissance d’un premier EP, Ciao Ciao, titre éponyme d’un adieu à la Grande Bretagne. Sorti le 30 septembre 2016, il est cet opus au subtil mélange Pop Folk nimbé d’une once de rock… prélude d’un album à venir.

Little Miss X, objet d’un premier single, narre, avec un brin d’humour, les mésaventures de la jeune artiste en tant que fille au pair ainsi que sa relation avec une petite fille capricieuse, issue de l’aristocratie anglaise. Un titre pop à l’entrainante et dynamique mélodie. L’utilisation d’un instrument à percussion, le glockenspiel (utilisé notamment par des groupes tels que RadioHead ou les Beatles) apporte cette petite touche enfantine et cristalline qui n’est pas sans adoucir la composition mélodique. Ciao Ciao débute sur une note folk et veloutée… Claviers, guitare, batterie, glockenspiel… nous entraînent tantôt vers une musicalité empreinte d’une douceur mélancolique folk tantôt vers une synergie pulsée et pop rock. Le grain de voix d’Athénaïs, à la belle et douce fraîcheur, nous captive dès les premiers accords. Leitmotiv d’un choix amoureux, Love Me More Or Less se révèle être une jolie ballade à la délicate et folk rythmique, saupoudrée d’un voile à la légèreté pop acidulée. Second single extrait de ce superbe EP, Do You Ever clôture, avec maestria, l’écoute. Je le concède, j’ai une toute petite préférence pour ce morceau. L’ambivalence symbiotique entre l’impérieuse sonorité pop de Do You Ever et sa puissante fragrance rock en font un titre catchy et enlevé porté par la voix So British d’Athénaïs.

Premier EP de l’auteure-compositrice interprète Athénaïs, Ciao Ciao est ce joli petit écrin musical que l’on attendait avec impatience. A la fois intimiste et solaire, l’envoûtement débute dès les premières notes. La tessiture vocale de la jeune chanteuse, le savoureux mélange instrumental ainsi que l’esprit anglo-saxon qui habite l’EP… tels sont les ingrédients qui ne peuvent que nous séduire… tout comme l’évocation de son quotidien, de ses états d’âme… des méandres de son cœur !

Ciao Ciao.

Chantal Goncalves

Le clip de Little Miss X, c’est par ici  et celui de Do You Ever, c’est par !

Athénaïs, par alexandre-lemaire-2

couverture-ep-ciao-ciao-dathenais

Share