vox-low

Vox Low est ce qui nous est arrivé de mieux dans l’underground hexagonal depuis ‘’Empire of shame’’ de Frustration en 2016 : un album majeur, signé sur Born Bad Records, comme un pendant en ce début d’année au ‘’Songs Of Praise’’ de Shame outre-Manche, et qui restera à n’en pas douter dans notre panthéon au moment de faire le bilan de fin d’année.

Artwork Vox Low

Dark, cold wave, ombrageux, martial, indus, ‘’avec un soupçon de trucs expérimentaux’’ pour reprendre l’expression de Vini Reilly (leader du groupe post-punk The Durutti Column), le son de Vox Low est résolument urbain, qui s’écoute plus volontiers au volant de sa voiture dans un Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Paris enneigé ! (et donc pas encore libéré, du moins pas avant que les mecs de la DDE daignent saler alentour), sur la nationale 118 au milieu des immeubles d’entreprises mornes, sans fard et désertés après la sortie des bourreaux, plutôt qu’au milieu de la campagne bucolique du Vexin ou sur une plage de sable fin des Maldives.

Entre cauchemar moderne sociétal et volupté réjouissante, Jean-Christophe Couderc (voix/synthés) et Benoît Raymond (basse/synthés) sont les acteurs d’un théâtre post-moderne, auteurs d’une œuvre ombrageuse et éclairante, minimaliste, au rythme entraînant.

Un disque noir, inquiétant, dérangeant, sans espoir, raide. Impressions accentuées par la voix monocorde, des mélodies répétitives et habitées et des percussions martiales.

Une atmosphère lourde, intense et obsédante que le quidam inquiet ayant voté pour Orelsan lors des dernières Victoires de la Musique aura des difficultés à pénétrer.

Mais quelle saveur et quelle délectation pour tous les autres !

Vox Low ne remportera jamais une Victoire de la Musique, ils s’en foutent comme de leurs premières Dr. Martens et nous aussi. C’est une machine à remonter le temps qui ravive nos souvenirs de jeunesse et nous conduit à rebours vers la fontaine de jouvence.

Côté lien de parenté, on pense immédiatement au groupe de Detroit, Michigan, Ritual Howls, au ‘’Mother Sky’’ de Can, au ‘’Construction Time Again’’ de Depeche Mode, en moins joyeux, moins remuant et plus minimaliste, au ‘’Movement’’ de New Order, à Durutti Column et A Certain Ratio, à la voix de Colin Newman.

Parmi les 9 titres de l’album, tous de belle facture, émergent ‘’Now We’re Ready to Spend’’, au refrain lancinant (‘’It costs so much’’), ‘’Some Words of Faith’’, qui sonne comme le meilleur de New Order, avec un air de parenté avec ‘’The Fox’’ de A Certain Ratio sur l’album ‘’To Each’’ (1981) et ‘’You Are a Slave’’, en plein nihilisme punk (‘’You are a slave/You should never forget’’).

Enfin, last but not least, l’esthétique d’un graphisme minimaliste étant un volet essentiel des productions Born Bad Records (cf les pochettes des LP de Frustration réalisées par Baldo), mention spéciale pour l’artwork réalisé par Jean-Pierre Potier. L’artiste poitevin cherche à saisir l’intensité dramatique des silos à grains, patrimoine rural non soupçonné, peu étudié et en proie à des destructions aveugles.

Un monde sans brillance, inconfortable et puissant, entre matérialité brute, fragilité aérienne et contrastes violents.

Alechinsky.

Concerts à venir : 22/02 : L’Antipode (Rennes) dans le cadre du festival La Route du Rock Collection Hiver – 17/03 La Station/Gare des Mines (Paris) – 10/05 Transbordeur (Villeurbanne) dans le cadre du festival Nuits Sonores.

 

Share