inrocksfestival

Pour ses 30 ans, le festival n’a pas fait les choses à moitié ! Nouveau lieu, nouveau format, nouvelle dynamique.

Les Inrocks Festival a eu lieu du 22 au 26 novembre derniers, à la Gaîté Lyrique, à Paris. Entre concerts, projections et débats, il y en a eu pour tous les goûts : musique, cinéma, arts et littérature. Un véritable bouillonnement de cultures, avec de jolis artistes.

Songazine était à la première soirée des Inrocks Festival ; l’occasion d’applaudir d’anciens et nouveaux talents et de vous parler de la programmation musicale du festival.

 

*** Dani Terreur ***

C’est Dani Terreur qui a ouvert le festival avec sa belle gueule et ses textes piquants. (Souvenez-vous, on l’a rencontré au Rock In Loft du MaMA Festival en octobre dernier). De quoi ambiancer doucement le public.

 

*** Rex Orange County ***

Le petit anglais de 19 ans nous embarque dans un mélange de genres musicaux, entre pop, rock et rap. Avec ses chansons mélancoliques, il parle de sujet actuels et surtout de sentiments.

Un petit OMNI (Objet Musical Non Identifié) comme on les aime.

 

*** L.A. Salami ***

Comme son nom ne l’indique pas, L.A. Salami est londonien. Pourtant, le jeune anglais nous propulse directement dans les années 60 ou 70 sur les bords de l’océan Pacifique. Sa musique est un genre de folk-blues et de rock, avec des beats hip-hop, sur laquelle se posent des textes frais et engagés.

Du feel good pour nos oreilles.

 

*** Otzeki ***

On enchaîne ensuite avec Otzeki.

Le duo d’anglais nous raconte des histoires chaudes et voluptueuses, à base d’électro et de pop minimale et paisible. Pourtant sur scène, c’est la rage à l’état pur.

Planant et effervescent en même temps.

 

*** Django Django ***

La soirée s’achève avec les très attendus Django Django !

Pour l’annonce de leur troisième album (Marble Skies, prévu pour janvier), les anglais loufoques ont enflammé la Gaîté. A mi-chemin entre la pop électronique, le groove cosmique et le psychédélisme, ils ont distillé quelques nouveaux titres et bombardé les anciens.

De quoi faire mouiller les t.shirts et oublier les fourmis dans les pieds.

Anne-Laure, inrockuptible toujours.

Share