Nicolas Sauvey - Dätcha Mandala

Corneille (le dramaturge du XVIIe, pas le chanteur de R’n’B québécois auteur de ‘’Puisqu’on vient de loin’’) faisait dire à Rodrigue dans le Cid : ‘’Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années’’.

A 17 ans, Rimbaud écrit le ‘’Bateau Ivre’’ ; à 21 ans, Syd Barrett compose ‘’The Piper at the Gates of Dawn’’ et Lance Armstrong devient champion du monde de cyclisme sur route après s’être enfilé dans le gosier plus de pots belges survitaminés que de bières de la même provenance ; enfin, last but not least, à 25cm, Rocco Siffredi a déjà une filmographie aussi longue que Jean Lefebvre en fin de carrière.

Je suis soudainement interrompu par un appel téléphonique. Le rédac’chef, qui visionne en temps réel sur son mur d’écrans nos rédactions de chroniques, vocifère au bout du fil : -‘’Non mais tu es inconscient ?’’. – ‘’Quoi ?’’. – ‘’Ta chronique a été hackée. J’ai une horde de militantes sextrémistes de Femen qui gesticulent sous mon balcon ! Modifie-moi sur-le-champ ton angle d’attaque scabreux !’’ (il raccroche). Je m’exécute donc.

Rewind (pour les anglophones). Bis repetita non placent (pour les latinistes). Angle d’attaque de la chronique, version 2 :

Dans la région bordelaise d’où est originaire Dätcha MandalaNicolas Sauvey (chant, basse, guitare acoustique, harmonica), Jérémy Saigne (guitare, chant) et Jean-Baptiste Mallet (batterie, chant) – les vignerons estiment qu’une vigne replantée ne redonnera une vendange typée qu’après une période de 8 à 10 ans.

C’est à peine le laps de temps qu’il aura fallu au ‘’power trio de heavy blues psychédélique à tendance rock spatial et cosmique’’, fondé en 2009, pour sortir un millésime d’exception dès leur premier album ‘’Rokh’’, sorti le 10 novembre 2017.

Artwork Datcha-Mandala-Rokh

Nous allons vous expliquer les 5 raisons pour lesquelles nous l’avions sélectionné dans notre ‘’Best Of 2017’’.

Raison 1 : le groupe réussit une belle alchimie autour d’un son typé rock 70s, mêlant psychédélisme, blues, sons heavy, notes orientales. Guitare saturée et hendrixienne, ambiance psychédélique façon Doors, voix aigüe à la Robert Plant, Dätcha Mandala synthétise l’héritage d’illustres anciens (Led Zeppelin, Black Sabbath, MC5 période ‘’High Time’’) ou plus récents (Queen of the Stone Age, Rage Against the Machine) sans que cela ne soit, à aucun moment, un ‘’tribute to’’. Belle inventivité et belle intelligence !

Raison 2 : le combo a toujours su s’entourer de (grosses) pointures.

Leur premier mentor est le sonorisateur bordelais Jean-Marc André alias ‘’Chinoi’’ (†2015). Un ‘’Monsieur’’ qui a travaillé avec Noir Désir, Mano Negra, Les Négresses Vertes, FFF et Les Garçons Bouchers. Lorsqu’il les voit pour la première fois en 2009 (ils n’ont pas encore tout à fait atteint la majorité), son impression est la même que lorsqu’il avait découvert Noir Désir au même âge quelques années auparavant. Il comprend avant tout le monde le talent de ces trois-là, au point de travailler avec eux gratuitement pendant une année entière.

Pour ‘’Rokh’’, le trio a cette fois fait appel au producteur Clive Martin (The Cure, Queen, Thom Yorke de Radiohead, Midnight Oil, Skunk Anansie …). L’album a été enregistré et mixé en analogique (pour une exigence de qualité sonore et une cohérence avec ce qui se faisait dans les 70s) au studio Berduquet à Cénac en Gironde.

Raison 3 : la cohérence du projet ‘’Rokh’’, pensé jusque dans les moindres détails

En discutant avec Nicolas Sauvey à l’issue de leur set au Bar’Hic à Rennes le 7 décembre dernier à l’occasion des Bars en Trans, il apparaît clairement que le projet a été réfléchi dans ses moindres aspects par de jeunes gens ‘’qui ont du bulbe’’.

Jérémy Saigne - Dätcha Mandala

Le nom du groupe d’abord, entre symbole du versant matérialiste de l’être humain (Dätcha) et l’éphémérité et le versant spirituel (Mandala).

‘’Rokh’’, le titre de l’album, est un oiseau mythique des contes arabes, présent dans les mythologies perses et dans des passages des ‘’Mille et Une Nuits’’ dans l’Histoire de Sindbad le marin.

L’artwork est l’œuvre du graphiste et dessinateur Markel Urrutia aka ‘’Smoke Signals Studio’’, avec qui le groupe travaille dans la continuité depuis décembre 2014, et qui avait déjà commis la pochette du 45t ‘’Anâhata’’ (Misery/Mojoy). A noter qu’à la manière de ‘’Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band’’ du Fab Four, la pochette regroupe des têtes connues, sources d’inspiration du groupe (Rimbaud, Gandhi, Bowie, Bon Scott…) et anonymes (familles du trio, participants à l’élaboration de l’album).

Raison 4 : le groupe sait forcer le destin.

Après leur prestation lors du festival la Nuit de l’Erdre à Nantes le 30 juin 2017, ils tapent dans l’œil des Insus, programmés le même soir. Le trio Aubert-Bertignac-Kolinka, leur demande d’assurer leur première partie au Palio à Boulazac le 3 septembre (devant 5400 spectateurs), au Phare à Chambéry le 5 septembre (devant 6200 spectateurs), puis… au Stade de France le 15 septembre, devant… 30000 spectateurs !

‘’Nous n’avons pas ressenti de peur, plutôt une grande excitation à jouer dans cette enceinte. Les Insus ont été très bienveillants à notre égard. Nous n’avons jamais senti une quelconque distance entre nous ; nous parlions simplement entre musiciens, de passionnés à passionnés’’ nous précise Nicolas Sauvey.

datcha-mandala-15-septembre-2017-stade-france-premiere-partie-insus

Raison 5 : le groupe est rompu à la scène.

Rares sont les groupes à pouvoir faire état au même âge de plus de 450 concerts à travers l’Europe (Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Hollande…) et un Stade de France ! Les organisateurs des plus grands festivals de l’été en France seraient bien avisés de se hâter à inclure Dätcha Mandala dans leur programmation. Nous n’avons aucun doute sur ce point.

 

Ce qui différencie Dätcha Mandala de la masse, c’est qu’ils n’ont pas de croyances limitantes et osent rêver en grand. Leur potentiel n’est pas borné, l’univers pour eux est abondant et leur ouvre le champ illimité des possibles. Tout ici porte à croire que le trio bordelais n’est assurément pas près de s’arrêter là.

Alechinsky

 

Discographie : 2011 LP (9 titres) Eden Sensuality. 2014 EP (4 titres) Dätcha Mandala. 2016 45t (2 titres) Anâhata. 2017 LP (8 titres) Rokh

Prochains concerts : 19/01 Woodstock Guitars Ensisheim (68) – 20/01 Les 20 ans de La Nuit de l’Erdre @Stereolux/La Fabrique/Trempolino Nantes (44) – 17/03 MCL Gérardmer (88) – 22/03 MJC Louis Aragon de Bron (69) – 20/05 Festival ODP Parc Peixotto Talence (33) – 25/05 106 Rouen (76) en première partie de The Limiñanas.

 

Share