Chrissi Poland, credit  Shervin Lainez

Chez Songazine, on écoute des punks sauvages, des groupes de garage en rage, des bandes de psyché sous psychotropes, des rebelles avec ou sans cause, et des électros qui se torturent les bits, sans oublier des progressifs à tifs, des indie sans collier mais avec contrat et des métalleux qui font fondre l’acier même à froid.

Cependant, nous avons un cœur en or qui bat sous le blouson noir, des âmes de poètes dans un corps de soldats du rock et des fleurs bleues dans le jardin de nos sentiments. Faut pas croire, mais l’homme du pogo enragé aime aussi les bisous dans le cou et les filles qui slamment adorent qu’on les prenne dans des bras chaleureux.

Alors, ce soir, écoutez avec nous la douce voix de Chrissi Poland. New Yorkaise, elle a sorti fin juin son album Waking Hour. Conseillé pour se détendre, mais plutôt bien habillé et peut être un cocktail en main ?

C’est assurément dans la veine Tamla Motown, soul, un peu jazzy, et Amy Winehouse (sans le rauque) et toutes ces voix qui nous transportent directement dans un épisode de Mad Men. Angles arrondis, claviers tempérés, rythmes très calmes, de la soul qui déboule cool à chaque couplet qui roucoule. Et bien sûr, elle est jolie comme un cœur.

ChrissiPoland WakingHour Cover

De la langueur et du velours, de la douceur et de l’élégance, ici les chansons sont destinées à charmer et il est permis de penser que cela favorise l’attraction réciproque entre deux êtres dans un contexte propice à un rapprochement affectif, voire corporel -on est dans le registre romantique, vous l’aurez noté-  En clair, tu mets le CD de Missy Chrissi, tu sors le champagne et on vous laisse tous les deux avec les bougies.

C’est beau et doux, et après avoir écouté le nouveau Descendents 5 fois de suite, on peut enlever son casque et écouter Waking Hour avec la personne aimée sans que cette dernière n’en prenne ombrage. Et en plus, ça vous fera du bien.

Voilà, voilà, c’était une chronique légère et harmonieuse.

Il faut parfois le calme avant d’affronter la tempête.

Jérôme « soft and easy » V.

 

Share