tagada_jones

Bisque, bisque rage !

Là, tout de suite au printemps 2017, les punks hardcore font toujours autant de boucan, de barouf et un vacarme assourdissant.

Ils hurlent, ils mettent les amplis à fond, tapent comme des sourds sur de pauvres caisses claires qui n’en demandent pas tant.

Certains ont maintenant des cheveux blancs, d’autres plus grand chose sur le crâne, d’autres encore des tifs tondus, voire des crêtes et des pétards ébouriffés.

Ils martèlent sans fin les thèmes de l’injustice, de la répression, des gouvernements pourris et de cette société qui les met en colère, très en colère.

Ils se produisent sur scène avec rage, ils font trembler les vitres des petites salles, des bars, des MJC, des hangars et même debout sur trois caisses en bois, ils continueraient à se battre.

Sick Of It All depuis trois décennies, Tagada Jones depuis deux et plus, voilà deux groupes qui ne lâcheront jamais l’affaire, ne hisseront pas le drapeau blanc, ne retourneront point leur veste noire et rouge.

Et s’ils étaient les derniers résistants, le dernier carré, la dernière phalange, ceux qui ne se rendront pas ?

Rien que pour ça, rien que pour ça mes amis, nous irons les écouter, nous serons avec eux.

La puissance et la constance de ces contestataires soniques mérite notre amitié inoxydable.

UN super concert pour tous ceux qui sont venus à la CLEF Saint-Germain en Laye en ce 2 avril 2017 !


LogoCLEF-78-StGer-RVB

Une soirée propre à faire transpirer n’importe quel
amateur de décibels : rendez-vous dans la fosse !
 
TAGADA JONES
Tagada Jones ouvrira cette soirée avec une bonne dose d’énergie rock’n’roll ! Puisant son inspiration chez The Exploited, Bad Religion ou Bérurier Noir, le quartet breton a distillé son punk hardcore brut de décoffrage mâtiné d’influences metal dans 25 pays avec près de 2000 dates. Depuis ses débuts en 1993, Tagada Jones n’a de cesse de faire évoluer son univers, construit sur des thématiques aussi variées que l’écologie, la dénonciation du sexisme ou de l’intolérance et une virulente critique du fanatisme et du capitalisme. Avant d’effectuer leur 2e passage au Hellfest, les Rennais auront à cœur de défendre leur 10e opus « La Peste et le Choléra », prévu justement pour mars prochain !
SICK OF IT ALL
Avant d’être une légende dans la scène punk hardcore new-yorkaise, l’histoire de Sick Of It All commence en 1986 dans une cave du quartier du Queens, sous l’impulsion des frères Koller, avec le hurleur Lou et le guitariste à la fameuse crête blonde, Pete. En 1989, le combo américain révèle son 1er album « Blood, Sweat and No Tears » et tourne alors en 1ère partie des légendaires Bad Brains. S’ensuivent « Just Look Around » (1992) et « Scratch the Surface » (1994), 2 condensés de violence urbaine pure qui confirment le succès commercial et musical de ce quatuor mythique. En 30 années de carrière jonchée de hauts (13 albums de qualité régulière, collaborations avec Sepultura, Napalm Death ou encore Agnostic Front) et de bas (mauvaise gestion des labels, line-up instable…), le groupe n’a rien perdu de sa hargne (cf. « Death to Tyrants » en 2006, un furieux pavé sonore adressé aux hommes politiques véreux). Après avoir retourné l’année dernière le Hellfest, Sick Of It All lâchera ses vociférations enragées et ses guitares tranchantes sur les planches de La CLEF.

 

Jérôme « never give up » V.

Songazine.fr

Share