No limits

No limits

 

Pascal Louvrier se souvient qu’Amy Winehouse aurait fêté ses 35 ans en ce mois de septembre 2018. Nous aussi, on a voulu un peu plus se souvenir de ce que fut Amy Winehouse (1983-2011), si loin si proche et tellement humaine. La dextérité vocale de la jeune anglaise n’a pas pu longtemps restée cantonnée au privé. Car oui, Amy Winehouse « maitrisait son sujet » en musique. Elle composait déjà dans des carnets et chantait depuis sa plus tendre enfance. Cela a éclaté au grand jour international alors qu’elle n’avait qu’une vingtaine d’années. Une voix « extraordinaire » preuve en est le titre inédit enregistré en studio alors qu’elle n’avait que 17 ans et que Pascal Louvrier nous offre à la lecture de son récit riche et essentiel au souvenir.

AMY2

L’écrivain-biographe a réuni des témoignages inédits comme celui de son tatoueur Henry Hate par exemple et il revient sur toutes ces circonstances et faits d’alors où personne n’a pu éviter la détresse visible de la catastrophe annoncée. De l’hyper-médiatisation, des déboires sentimentaux (Love Is A Losing Game), des addictions multiples (Rehab) et un franc parler turbulent formaient le cocktail détonnant d’« une force auto-destructrice » abreuvant sa jeune existence et participaient à quelques scandales, sources de satisfaction d’une microcosmique presse supra-superficielle alors que cela aurait peut-être dû rester privé. En lisant ce livre commémoratif vient à l’esprit le linceul blanc sur le chariot quittant sa maison de Camden Square à Londres en juillet 2011 pour rejoindre la camionnette mortuaire et signifier aux nombreux fans présents en réel ou en virtuel que cela était vraiment fini. A 27 ans elle était en partance pour le destin des disparus à 27 ans (dit Club des 27 ou Forever 27 Club réunissant Brian Jones, Janis Joplin, Kurt Cobain….et bien d’autres). Ce destin elle l’a pulvérisé. Lors de son dernier concert peu avant son décès à Belgrade en 2011 elle ne voulait pas, elle ne voulait plus, elle ne pouvait pas, elle n’en pouvait plus. Ce qui étreint en lisant l’ouvrage de Pascal Louvrier est cette solitude au sein même de son cercle proche, et alors qu’elle était adulée par des millions si ce n’est plus de fans et ce fragile état d’être et les promesses infinies d’une voix, d’une personnalité à part, qui semblait ne vouloir autre chose que la paix, l’amour et la musique.

Amy Winehouse, No limits, Editions L’Archipel, 18 €, 2018.

site de Pascal Louvrier : http://www.pascal-louvrier.com/

Vanessa Maury-D

AMY3

Share