Y and B 17

Chronique combo pour deux complices du vrai Rock and Roll.

L’amitié, la fidélité et la persistance : trois valeurs que nous partageons avec ce duo sonique.

Album « 17 » : le savoir-faire des cadors

Inutile d’en rajouter, mais une fois encore nos compères s’en donnent à cœur joie. La guitare experte et top niveau de Yann Armellino attaque par rafales de riffs tranchants. El Butcho chante avec ses tripes. L’album « 17 », donc dix-septième sorti par ces messieurs ne faillit pas. Still standing, ils sont toujours sur le devant de la scène avec leur musique métallique, hard mid-tempo, parfois glitter, souvent easy mais jamais simpliste. De quoi battre du pied en concert et lever les mains en l’air. On n’oublie pas de partir dans une belle ballade à la Scorpions (« Separate Ways »), un peu de tendresse (« Smile Giver »)… Et la reprise de Stevie Wonder (« Don’t You Worry ‘Bout A Thing ») est parfaite, rend hommage à l’artiste fort aimé par eux !

On termine par un instrumental virtuose (« A1Y25 »).

Cadors made in France les amis, ne l’oubliez pas, la classe internationale.

« 17 » fait du bien par où il passe…

yann-armellino-et-el-butcho-le-nouvel-album-17

Casino de Paris : rencontre sur fauteuils rouges

J’ai le plaisir de discuter avec Yann et El Butcho, juste avant le fabuleux Metallica Show (voir ici), posés dans le confort du Casino de Paris. Ils en assurent la première partie. Pas évident mais ils s’en sortent bien, sur un bout de la scène mais avec un public cool et assis qu’ils réussissent à faire lever !

Nous échangeons sur la quadrature du cercle des musiciens rock, metal, hard… qui doivent se battre pour s’en sortir avec cran et résilience en 2018. Eux ont une vie et des activités multiples et c’est bien entendu le live qui les pousse en avant et fait marcher la machine.

Forts d’une grande expérience, ils n’en sont pour autant pas blasés ni lassés et sont de ceux qui ne lâcheront rien. El Butch précise qu’il se voit « until death » continuer le rock and roll et c’est tout à fait cohérent, pertinent.

En France, on le sait, le Metal, au sens large vit par et pour ses fans qui achètent le merch ‘, les disques, les places de concerts et festivals. Autant continuer et garder le sourire. Se battre (pacifiquement) pour se faire entendre… same old story des durs à cuire.

Leur passion reste intacte, pour la musique qui tonne et sonne. De Stevie Wonder à Black Sabbath, leurs goûts sont éclectiques. Greta Van Fleet, le Led Zep nouveau n’a pas échappé à leur radar et je note leur reco’ d’aller découvrir Black Cherry Smoke.

Que leur souhaiter ? Un max de concerts me disent-ils !

Tant qu’il y aura des amplis et des fans, Y & B seront là, fidèles au rendez-vous.

Jérôme « I don’t give up » V.

 

Yann Armellino et El Butcho at Casino de Paris 21 novembre 2018.jpeg

PS : merci Roger, Replica Promotion, et  à Sylvie G. 🙂 pour l’aide et les contacts

Share