TOYBLOID band

Mais oui, nom de nom, par Lemmy et par Chuck, la réponse est oui, cent fois, mille fois, chers Toybloïd.

J’écoute votre nouvel album (bien fort) Modern Love dans ma chambre-bureau et j’envoie ça aux étoiles, comme les branleurs de Tostaky. (Aqui para nosotros)

 

Oui, je veux écouter du rock and roll sans penser à autre chose, sans ruminer des idioties, sans mettre un putain de masque, sans me laver les mains comme un chirurgien huit fois par jour, sans voir les stressés changer de trottoir quand ils me croisent dans la rue, sans constater que ma ville est un endroit fantôme et inquiétant.

Oui, je veux écouter du rock and roll avec vous sur scène, dans la chaleur moite d’une petite salle de concert indépendante et obstinée, sauter en l’air sur les refrains et boire des bières en en renversant la moitié sur le sol collant.

Oui, je veux lever le poing en l’air avec mes semblables à blouson, les amateurs de rythmes binaires et d’accord minimaux poussés à fond dans les amplis.

Oui, je veux dire f***k aux traders, au merdre in China, aux 4X4, aux OGM, au plastik partout, aux trottinettes qui font c***r tout le monde, à la ripoublik en marche arrière et tous les coquins non soumis à l’ISF.

Oui, je veux du larsen et de la distorsion, le volume sur 10, de l’amour, serrer des mains, voir des coquelicots, des mésanges et des abeilles, que personne ne tonde les marguerites de la pelouse, du solaire et du bienveillant, du boulot et de vrais collègues I.R.L., des festivals pleins de métalleux, aller dans le Lot en Juillet, payer une grosse addition dans un restaurant italien, des soirées raclette avec mes fils, la banquise qui ne fond plus, boire trop de Saint-émilion avec les potes, retourner au Louvre pour dire bonjour aux naufragés de la Méduse et vérifier si la Nef des Fous de Bosch est revenue des Pays-Bas (ça c’est important aussi).

En attendant, caresse et bise à l’œil à vous les Toybloïd, vous êtes beaux, votre album décoiffe, il est farci de décibels et de rage, on vous aime, ne lâchez rien, soyez forts : on aura besoin de vous pour après, pour longtemps, pour … le Rock and Roll !

Jérôme « jamais déconfit » V.

PS : Tostakyyyyyyyyyyyyyyy !

Share