photo Fred Lombard

Dix questions à ces Moines de Ciao-Ligne du 9.3., qui envoient du lourd, du psyché et du puissant ;

Album au titre Floydien « Silence slowly and madly shines », recommandé et approuvé pour le cerveau limbique come le néocortex.

Psychotrope Skonks ? Chaotic Ponks ?

Des envolées pleines de reverb, du mezcal pour les oreilles, un aller simple vers le bizarre, bref pas un truc pour nymphettes sans ses amphètes.

C’est long, c’est bon, c’est son.

Interview par écrit (parce qu’ils crèchent à 1 heures de RER en pause pour cause de colis suspect + trois changements de métro et 4 recherches sur Mappy de chez ouam !!).

****

Le rock critic flemmard a tapé Psychotic Monks dans Google et cela tombe comme une pluie, 100% de compliments. Vous avez fait pareil et vous êtes heureux ?

Un bel article c’est cool, on est heureux. Une mauvaise critique, c’est encore mieux.

Nous on fait de la musique, les journalistes en disent ce qu’ils veulent. Tous les avis sont bons à prendre. Et puis, pour tout te dire, on a autre chose à faire que de taper notre nom sur Google !

(NDLR : moi je l’ai fait pour moi plein de fois !)

2 : Un nom à coucher dehors ? (en tout cas pas dans un monastère) : on vous pose souvent ce type de question ?

Oui, le nom intrigue. En vérité, c’est un coup de chance, pour nous. Cette dualité nous parle.

Dans tous les cas, on préfère dormir dans notre monastère, notre studio, notre endroit à nous.

3: Superbe photo de couverture en noir et blanc ! On dit merci qui et comment et pourquoi ?

C’est à Mr Vincent Bourre à qui on doit cette œuvre. C’est aussi le réalisateur de notre clip « It’s Gone » sorti en avril dernier.

C’est un ami proche du groupe, et notre travail commun nous a beaucoup rapprochés. On va sûrement remettre ça bientôt.

4 : En enregistrant l’album, vous vous disiez :  » là on va faire un truc grand ! » ?

On ne sait pas trop ce qu’on se disait. Ce qui est sûr c’est qu’on sentait que quelque chose se passait, entre nous quatre d’abord, et puis avec les personnes proches qui nous ont accompagnées pendant la création du disque.

C’est sur qu’on essaie d’exprimer quelque chose qui, on l’espère, touchera le plus de monde possible.

Alors non, pas quelque chose de grand, mais quelque chose de vrai, qui correspond exactement à notre état au moment où on a produit ce disque.

Depuis, on continue d’apprendre et de grandir.

5: Je vous ai parlé un quart d’heure à Rock en Seine l’été dernier et vous aviez joué le soir (scène Île de France); c’est loin, c’est proche, c’est gravé dans votre mémoire ?

Pour sûr que ça reste gravé dans notre mémoire. Comme un moment assez dingue, aussi fulgurant que puissant. On en retient une énergie avec un public.

Ça nous a marqué autant que ça a marqué notre musique. Recevoir autant des gens, ça change forcément un peu ta manière de voir la scène.

Après, à notre échelle, c’était il y a une vie. Depuis notre musique a encore évolué, l’album est sorti, et puis les concerts qu’on a faits, nous ont aussi beaucoup appris.

The-psychotic-Monks-album

6: Pourquoi les musiques merdiques se vendent par palettes entières en France ?

C’est de la consommation, ça arrange bien les élites qui nous gouvernent de nous maintenir dans notre état de consommateurs dominés, qui travaillons toute notre vie dans le but de dépenser notre argent pour consommer ce qu’ils veulent qu’on consomme.

Ce serait trop dangereux de tenter de proposer autre chose, d’ouvrir un peu la culture populaire à quelque chose de différent, qui te fait prendre du recul sur ce qui t’entoure, te poser des questions, questions qui pourraient remettre en cause, éventuellement, la dominance exercée par ces élites, et les fondements du système social qui nous écrase.

C’est le rôle de la culture, mais bien évidemment on ne veut pas de cette culture là, on veut seulement de la culture aseptisée, normalisée, conventionnelle, qui ne remet rien en question, et maintient les idées fondamentales du système capitaliste en place. La compétition entre les êtres humains par exemple (on connait certaines émissions « musicales » à la TV), ou l’envie d’aller s’acheter des fringues au supermarché.

C’est la musique de ce système qui se vend par palettes entières en France, d’ailleurs, c’est bien dit dans la question, tu parles de vendre la musique, c’est que ça y est, on en a fait un produit, et c’est terrible, car la musique se partage avant tout.

Après, nous, on essaie de ne pas trop juger, on a nos théories du complot, anticapitalistes à la noix.

N’empêche que même avec ça, et en essayant de rester sincère, en essayant de faire autre chose, notre musique touche quand même des gens, elle intéresse, elle interpelle, et on nous en redemande, on est même passé à la radio !

Donc c’est que ça peut exister aussi, cette culture là qui tente de ne pas être capitaliste, celle qui tente de proposer d’autres axes de réflexion à ceux qui le veulent. Il ne faut pas baisser les bras.

Oui la musique qu’on voit à la TV est ce qu’elle est, mais ça n’empêche pas la musique alternative d’exister, et on a croisé des groupes qui déchirent.

Donc peut-être qu’avec un peu de révolte par ci par là, on peut espérer que les choses changent ou au moins évoluent.

Le problème c’est qu’on propose majoritairement aux gens ce qu’ils aiment et connaissent déjà, alors qu’on devrait leur proposer ce qu’ils pourraient aimer et ne connaissent pas forcément.

7: L’écoute entière de votre album, au casque et dans le noir : comment qualifier cette expérience ?

Un cachet d’aspirine.

8 : Vous devez absolument, absolument faire une reprise dans votre prochain concert : laquelle prenez-vous ?

On a chacun notre coup de cœur du moment

Rowland S. Howard, Silver Chain. / autoluminescent

Neil Young : Don’t Let It Bring You Down

Beethoven : Toccata et fugue en D mineur

9: Syd Barrett ou six barettes ?

Sans aucune hésitation Syd Barrettes.

10: Quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose enfin ? (et répondez-y)

Question : Mélenchon ou Hamon ?

Réponse : Qi-Gon-Jin

 

J « monacal » V

Share