the-limiñanas-russian-roulette

Ce groupe fait un bien fou, je l’aime ! Si vous ne craquez pas, triste nouvelle ;

Prévision à 1 contre 1 attendez-vous à une méga revue de presse positive pour la sortie de leur album, le 16 novembre de l’année du centenaire de la fin de la Grande Guerre, intitulé : ‘I’ve Got Trouble in Mind Vol.2’. (Because Music)

I-ve-Got-Trouble-In-Mind-Volume-2

Le duo magique récidive et nous enchante sans discontinuer, invitant le génie Anton Newcombe (Brian Jonestown Massacre) entre autres…Ils m’inspirent amitié et gratitude, je suis fier que la France soit la nation de ce groupe qui nous sauve l’honneur dans la ligue mondiale des gentlemen extraordinaires du rock and roll sincère. Et nous n’en avons pas 36.

Leur son est forcément et à nouveau très reconnaissable : le rythme lancinant, la guitare qui se détache, cet écho un peu « vibrant », les séquences parlées, l’orgue têtu, l’ambiance western-film noir… On se sent érudit en les écoutant, je ne saurais dire mieux, curieuse notion.

The Limiñanas déroulent leur atmosphère unique, légèrement mystérieuse à la fois « vintage » et moderne, à la fois gaie et un poil mélancolique, à la fois répétitive et passionnante.

the-limiñanas-russian-roulette the-liminanas-1

Banalité de mon propos, si je répète que chaque morceau est la bande-son d’un film plein de pistoleros, de chevaux au galop et de portes de saloon qui claquent. Mais tant pis, je le redis, ça fait du bien ! « Maria’s theme » mériterait de figurer dans une B.O. de Sergio Leone et/ou Quentin Tarantino.

Et merci X fois pour cette reprise de Russian Roulette de nos chers Lords Of The New Church, reprise digne et habitée qui fait honneur à l’original et me pince le cœur de nonos-talgie !

C’est rare que je jubile en écoutant 17 morceaux consécutifs, et là, bim ! je persiste et je signe.

Coup de cœur battant, big hug et love

Xxxx

Jérôme « good pistolero » V.

Share