the big idea noir et blanc

Photo de couverture : Juliette Boulegon

Un vendredi soir de début octobre, La Rochelle. Il pleut. Tant pis, on y va, ça fait trop longtemps qu’on entend parler de ce groupe, The Big Idea : c’est du bon, c’est du local. Allez, on met le parapluie dans le tote bag et on s’y jette, pas question de rater ça.

Les braseros éclairent et réchauffent la Belle du Gabut. La pluie semble se calmer.

Ah ,du mouvement sur scène. 1, 2, 3, 4, 5, 6…7 ! Rien que ça !!! 7 mecs sur scène ! Trois guitares électriques, une basse très présente, deux percussionnistes, un clavier, pour un rock garage brillant et lumineux (ou une idée brillante et lumineuse ?). L’idée est vraiment grande et bonne, et elle envoie du lourd ! C’est un joyeux bordel de têtes chevelues. Des électrons libres montés sur ressorts, ces musiciens de The Big Idea. On a presque l’impression de percevoir l’énergie qui se dégage d’eux, comme une balle qu’ils se renverraient les uns les autres, très rapidement, en la propulsant au public à la vitesse de la lumière. Quelle vitalité, quelle jeunesse, quelle fraîcheur (et je ne parle pas de la température extérieure, parce qu’on a oublié nos doigts de pied congelés dès les premières notes jouées).

Les guitares s’élèvent, poussées vers les cieux par une puissante force inconnue, et le public sent ses pieds quitter le sol. C’est psychédélique, ça nous transporte dans une dimension parallèle au papier peint des années 60.

Ils en sont à trois albums : La Passion du Crime 3 (2017) ; Daytona! (2018) (coup de cœur absolu pour la pochette-concept en forme de jeu de société !); Margarina Hotel (2019), tous disponibles sur leur bandcamp. Un rendement dingue ! On se demande vraiment à quoi ils tournent… d’ailleurs, leurs tournées furent remarquables : ils ne se contentent pas de jouer en France, non, ils s’exportent à l’européenne !

De retour à la maison, nos vêtements sentaient la fumée… des braseros, ou du feu de cet indie rock dont la combustion nous a clairement fait fondre ?

Violette, « la vie est belle au bord de l’eau »

Share