Parquet-Courts-2018-1012x675

Le groupe américain Parquet Courts est de retour avec son sixième album Wide Awaaaaake !

getimage

Pour rappel, le groupe s’est illustré au fil des années et des albums, avec notamment le succès critique de leur second album Light Up Gold sorti en 2012, succès qui n’a jamais été démenti depuis. En fin d’année dernière, c’est l’un des chanteurs et songwritters de la bande, a-savage-lpAndrew Savage, qui avait fait parler de lui (si si, même qu’il est dans le Best Of 2017 d’un chroniqueur que je ne nommerai pas) en enregistrant des morceaux originellement composés pour le groupe mais qui n’avaient pu trouver leur place dans les albums de Parquet Courts, cohérence oblige. Il en avait résulté dix magnifiques morceaux au spectre d’influences plus large que ce que le groupe propose habituellement.

Le sixième bébé du groupe indé est lui aussi une belle réussite, de boParquetCourts_WideAwake_Press4ut en bout. Souvent énervées (comme sur l’introduction du disque Total Football ou Violence) parfois plus posées (Freebird II, Before the Water Gets too High), les performances vocales des deux compères font feu de tout bois et la voix d’Austin Brown est belle, même quand elle se risque dans les aigus (Mardi Gras Beads).

On sent que les musiciens ont pris plaisir en studio : c’est un album direct et spontané qui se veut sans détour et sans prise de tête.

Le groupe mélange ainsi intelligemment les influences tout au long du disque et il le fait avec classe, faisant même honneur à Jim Morrison sur Back To Earth.  Sans révolutionner le genre, ce disque propose une approche singulière et passionnante dans le paysage musical actuel.

Les lignes de basses de Sean Yeaton sont simplement fantastiques, elles ne se contentent pas de meubler les morceaux mais racontent une histoire qu’on a envie d’écouter tant elles répondent ingénieusement aux guitares.

Côté production, les américains ont fait le choix audacieux de travailler avec Danger Mouse (Black Keys, Red Hot Chili Peppers, Gnarls Barkley, Broken 631565094Bells, Grorillaz…). Savage explique à ce sujet qu’il appréciait l’idée de travailler sur des chansons punk, rock et funk, avec un producteur plutôt orienté pop.

Et le pari est réussi : la production ne souffre d’aucune faiblesse, l’univers sonore est passionnant sans être dans l’emphase ou dans la surenchère et surtout en conservant la simplicité et la fraîcheur propre au quatuor.

Un des meilleurs albums rock de l’année qui figurera sans nul doute au panthéon 2018 !

-Matthias-

Share