Orouni / Photo Julia Borel

En concert mardi dernier chez Les Trois Baudets, Orouni conviait le public pour une traversée de son univers kaléidoscopique. Embarquement immédiat.

Orouni a déjà trois albums à son actif et un EP en forme de relecture de quatre titres de Grand Tour interprétés par Emma Broughton (chanteuse, musicienne). Ce remarquable compositeur, offrant une pop mélodique, éclairée aux arrangements puissants et raffinés, est aussi un voyageur singulier. Pour entrer dans sa musique, pas besoin de passeport, il suffit de se laisser emmener.

Si la musique était une ville, Orouni serait un architecte à la recherche de la cohérence entre construction et émotions. Construction car tout commence là. Orouni suggère la comparaison entre composition musicale et architecture : « il faut que les fondations – les basses – soutiennent le bâtiment, l’harmonie serait la couleur, la forme, la mélodie et les arrangements, la structure ». Orouni cherche, innove, invente et rapporte par exemple dans ses malles des instruments d’ailleurs (Balafon, Kalimba) autour desquels il compose et produit un son organique rarement utilisé dans la pop.

Quand on rencontre Orouni on ne peut qu’être frappé par sa sensibilité et l’humilité avec laquelle il appréhende son art. Sur scène la magie opère, les musiciens (Emma Broughton flûte et chant ; Raphaël Thyss trompette, clavier et chœurs ; Antoine Kerninon batterie et Steffen Charron basse, guitare et chœurs) sont regroupés autour de lui, qui n’hésite pas sur certains morceaux à s’effacer pour laisser la voix d’Emma Broughton emplir l’espace et ajouter sa lumière au tableau. On est embarqués par ses mélodies travaillées, autant de photos instantanées de son univers, qui s’agrandit de nouvelles compositions dévoilées sur scène. Bonne nouvelle, un prochain opus est attendu pour 2019… Pour les impatients, Orouni sera en DJ set chez Le Motel, ce samedi 15 septembre, lors de la soirée December Square « A moment with… » et il a promis de nous faire voyager.

Veyrenotes et Wunderbear,

Crédit photo de une : Julia Borel

clin d’oeil et remerciements chaleureux à Claude, Laurent et Stéphane

 

 

 

Share