artefact

Lors de la soirée Frenchy But Chic (01 novembre dernier), je croise Jacques Z., aka Jacko qui fut dans l’équipe autour d’un groupe mythique du tout début des 80’s : Artefact.

Le rédac chef de Songazine pense très subjectivement que ce qu’ils ont produit musicalement est marquant, a inspiré et détoné, donc mérite une attention forte.

Il me propose de me mettre en contact avec un de ses membres fondateurs : Eric Vennettilli alias Riton V. Par la magie 2.0, nous arrivons à échanger et je vous livre ci-après l’interview mailer qu’il m’a accordé avec rapidité et de façon complète.

Important : connectez-vous sur le site officiel d’Artefact qui propose l’écoute et le téléchargement gratuits de leurs morceaux.

Lisez ce qui suit et moi je remercie sincèrement Eric de sa franchise et d’exprimer ses opinions avec force clarté.   

Le débat reste ouvert et la lutte continue.

 Jérôme « Soviet honnête » V.

 

****

 

40 ans que le groupe Artefact a débuté, quel regard portes-tu sur cette partie de ta vie ?

( E.V.) Il y a des périodes charnières dans une vie et dans une époque. Avoir 18 ans en 77 fut une double explosion, celle de l’accession à la pleine créativité artistique et celle de l’annonce de la fin -symbolique- du règne d’une génération, celle du baby-boom de l’après-guerre. Tous les dix ans, ll y a cet hommage obligatoire au punk, où sont ressassés les mêmes clichés (voir la soirée Arte cet été). Mais je remarque que c’est toujours une vision anecdotique qui est mise en avant, empêchant d’analyser, en termes d’inconscient collectif, à quoi correspondait vraiment ce mouvement.

Pour nous les choses se sont faites naturellement ; je n’étais attiré ni par l’usine à crétins universitaire, ni par une carrière de zombie de bureau. Etat d’Urgence, et Artefact par la suite, c’était un projet conceptuel. Si on veut sortir les gros mots, c’était une tentative de faire de l’art. Pas pour l’esthétisme creux et poseur : pour le seul plaisir de l’intelligence et de l’originalité. Après avoir abondamment abreuvé nos jeunes cerveaux -à l’époque, Dantec et moi avions les mêmes références- de rock et de littérature de SF, de cinéma et de politique, nous brûlions de commencer à ouvrir nos gueules. La pop a toujours été le moyen le plus direct à cet effet.

Je sortais à ce moment-là avec la fille d’un compositeur de musique contemporaine ; on a écumé les concerts de Xenakis et de Stockhausen.

Vous aviez conscience de faire un truc vraiment pas comme les autres ?

(E.V.) Absolument. C’était le but. Quand on a formé le groupe en 77, notre recette, c’était de mélanger Pierre Henry et les Sex Pistols, et plus tard Kraftwerk avec des paroles qui auraient pu être écrites par Debord. On était très loin des punks à chiens actuels, ou de la pseudo-rébellitude au QI d’huître des Bérurier Noir.

Artefact est le nom que j’ai choisi en référence à un bouquin de Philip K.Dick. Il a une triple signification :

-un artefact, comme la découverte d’un pistolet laser qui aurait été déterré d’une couche géologique de 10.000 ans.

-un artefact, comme une poussière sur la lentille d’un microscope que l’on suppose à tort être une nouvelle sorte de microbe.

-un artefact, comme une production artificielle, c’est à dire créée par l’être humain, par effet de l’art.

C’est cette dernière définition en définitive la plus importante, car avec l’arrivée des premiers synthétiseurs commerciaux et des premiers samplers, il s’est agi pour nous « d’échantillonner », de synthétiser la réalité. Nous avions un style très difficile à comprendre, car nous n’avions pas de style ; au sens où un groupe de rock peut se réduire à quelques éléments, et varie peu avec le temps : 25% de blues, 30% de disco, 20% de pop, etc…

Notre concept était de passer à travers la moulinette technologique (de Jean Christophe Averty) le heavy metal (Massacre à l’Electrode), le funk (Sex Computer), le rockabilly (Be Bop a Logic), le cha-cha-cha (Consommateurs), le générique des Envahisseurs (Soviet Comet), la disco (L’Internationale), la pop (Rendez-vous à Venuxity). 40 ans plus tard, personne ne semble toujours avoir compris…

…Comme d’avoir encore un statut « culte » pour ceux qui s’intéressent à cette période en France ?

(E.V.) L’expérience a été de courte durée, tout comme celle de quelques autres groupes que je respectais -Marquis de Sade en particulier. C’est donc un travail dont nous n’avons eu aucune reconnaissance sur le moment. Heureusement, avec le temps la vérité émerge. Qui écoute encore vraiment Téléphone ou Edith Nylon maintenant ?

Pour durer et être ‘culte’, il faut avoir quelque chose à dire. Nous avions deux ambitions : la première, celle de faire une musique qui reflétait notre époque, moment charnière entre la culture alternative des années 70 et celle de la techno des années 2000. La deuxième, j’ose le dire, celle d’assumer notre identité française particulière, terre d’intellectuels puissants et d’influences multiples.

caro_riton_resize

Lors d’une soirée en 1980 dans le loft de Jean François Bizot, avec Marc Caro et son groupe Parazite.

Qu’écoutes-tu encore des « jeunes gens mödernes » ou de la mouvance Frenchy But Chic ?

(E.V.) Je n’écoute plus de musique du tout, que ce soit de cette époque ou d’une autre. Ponctuellement, je vais réécouter sur YouTube Piaf, Ferré, Brel, Brassens ou Bowie. Je fais de l’animation 3D depuis 30 ans, et cela m’absorbe complètement.

J’ai une haine toute particulière concernant cette appellation débile de Jeunes Gens Modernes -une idée stupide inventée un jour par Patrick Zerbib d’Actuel après avoir fumé trop de joints. C’était aussi pertinent que d’affubler une bicyclette à un poisson : Philippe Pascal le ténébreux en photo avec sa maman, non mais quelle connerie…

Quant à la modernité, c’est encore pire. Ce mot me fait vraiment vomir ; c’est la base de tout le lavage de cerveau du système médiatique. Vous y verrez certainement une grande contradiction, mais pas moi, car c’est justement parce que j’ai toujours baigné dans un univers technologique que je n’ai aucune illusion à ce sujet. C’est juste un jouet pour moi. La nature, la tradition, le silence, voilà les choses primordiales.

Concernant Frenchy But Chic, je n’ai maintenant plus de tolérance pour la nostalgie qui tourne à vide. Jean-Eric Perrin, qui a été mon ami pendant de nombreuses années, est resté scotché sur ses poses de rebelle en Harley des années 80, un masque qui cache mal le snobisme de ses origines bourgeoises de province. A 60 barreaux, il est pathétique de voir des gens dont l’horizon intellectuel ne dépasse pas la calandre d’une Buick 58, ou les paroles d’une chanson d’Indochine. Une vie entière dédiée à la propagande de la sous-culture US, et tant de compromissions pour finir au Smic dans un pavillon de banlieue : toute la tragédie de la presstituée, avec le ridicule en plus.

Daniel Darc est mort, Clode Arto et Edwige aussi. Quel hommage leur rendre alors qu’ils ont bousillé leur vie et leur carrière dans la poudre ?

Certains livres écrits par Maurice ont-ils un peu (ou beaucoup) dedans la bande son des chansons d’Artefact ?

(E.V.) Toute la littérature de Maurice est contenue dans les paroles d’Artefact. Tous les thèmes : les snuff-movies, la paranoia médiatique, le trans-humanisme, l’apocalypse millénariste, et l’état de zombies décérébrés dans lequel nous errons au faîte de la civilisation spectaculaire/marchande. Une cuisine faite de Spinrad, d’Ellroy, de MacLuhan et de Burroughs.

Et demain, l’Internationale sera le genre humain ?

(E.V.) Non pas demain, mais hier. Très précisément depuis 40 ans, depuis que les ex-trotskystes, appelés néo-cons au US, ont pris le pouvoir. C’était bien une lutte de classe, et cette oligarchie a instauré un paradis communiste dans lequel le peuple élu des banques et des multinationales vit grassement du matérialisme dialectique : notre intuition s’est avérée parfaite. Dommage que Maurice soit devenu collabo-sioniste sur la fin de sa vie : il croyait qu’ils allaient lui donner un morceau du gâteau s’il devenait suffisamment servile !

Tu écoutes quoi au Venezuela ?

 (E.V.) Quelques vieux mambos qui m’arrachent un peu d’émotion au coin d’une ruelle.

8) Qui agite la pop ou le rock ou la techno désormais ?

(E.V.) Aucune idée.

Tu as 18 ans le 1er janvier 2017 et tu fondes un groupe de musique (avec les mêmes !) : vous jouez quoi ?

(E.V.) De la musique rétro : Artefact !

Un message en 140 signes pour nos lecteurs ?

(E.V.) Aux jeunes qui se demandent si tout ça vaut encore le coup de se battre, je leur dis : oui. Par Bukowski, ouvrez vos gueules, chiez dans la colle et mort au politiquement correct !

 

bukbuk

 

 

Share