FEU!CHATTERTON_header_0

De l’ambiance, des fans, du romantisme, de la poésie……la foudre s’est abattue sur la scène de l’Espace Michel Berger à Sannois avec pluies d’applaudissements et douces harangues

EMB

ascensionnelles à la mesure de ce début de saison par les cinq membres du groupe pop rock Feu ! Chatterton et plus….en première partie le duo rock masculin Nuits Blondes a exalté un public sous des projos et fumigènes en lévitation pour quelque peu faire passer l’attente du Feu….par des braises cuisantes afin d’apaiser la faim sonore d’oreilles toutes ouïes à leur causerie enivrante. De la voix parlée en duo guitare voix un tantinet slamée aux guitare-guitare-voix chantée d’un doigté fin et délicat on est éblouis et pas que par les projecteurs. Ils mêlent les thèmes et récoltent les émotions partagées avec le public en français dans le texte si bien qu’on a envie de se faire mal aux mains en tapant à la fin de leur performance avec panache et plaisir, bravo et merci à ce binôme plein de prouesse et promesses !

Nuits Blondes

Puis, Keeni a su ambiancer un vrai aparté hip hop rap en guise d’after Nuits Blondes et before Feu enflammé, déclarant sa flamme à un slam habilement délivré en pleine puissance de conscience. D’ailleurs il a aussi crée l’inattendu duo avec Arthur Teboul chanteur au tour du Feu ! Chatterton lors de ce come back sur la scène de l’EMB, « Ça fait plaisir de vous retrouver Sannois, on a commencé ici avec nos résidences » un retour aux sources de flammèches qui ont bien pris sur la nouvelle scène musicale française et s’étendent encore.

FEU!CHATTERTON_header_0

Avec eux, les instruments chantent et crient et s’écrient aussi. De la littérature et culture en filigrane sonore, avec le phrasé d’un vrai poète délicatement rivé à chercher son public du regard et du cœur Arthur lance un calme « Prêts à danser Sannois » puis incarne le verbe charmeur et séduit par les feintes de sa silhouette dodelinante on pourrait presque écrire dandylinante avant un tombé de veste qui reste l’alternative élégante à la chaleur se dégageant du Feu non circonscrit sur le titre Ophélie. Il sait comment parler aux auditeurs en direct produisant des instantanés poétiques entre les titres. « Enivrons-nous Sannois » et commence L’Ivresse chanson issue de leur nouvel album L’Oiseleur (Universal Music Division, Barclay, 2018) qui n’étanche pas la soif d’entendre d’autres titres et où Keeni l’a d’ailleurs rejoint. La poésie est une drogue lorsque tout concoure à la faire naître.

coveralbum

Les lumières projetées sont flottantes sur A l’Aube aussi tirée de leur EP Feu ! Chatterton (RODEO, 2014). Dans la salle de l’EMB les chairs vibrent aux ondes qui transpercent cœurs et corps lorsque Arthur balance « Prêts à faire l’amour Sannois » et c’est alors que l’aquatique lumineux se change en rouge passion inondant la scène pour le titre Dans les bois frétillant dans la fosse aux fans. Et puis il y a les pins parasols de La mort dans la pinède qui nous revient à l’esprit du premier album Ici le jour (a tout enseveli) (Barclay, 2015) avant des sonorités plus rapides, la cadence techno prend le chemin d’un léger psychédélisme avec pour partenaire de danse effrénée le micro et la chanson Boeing:

 

En tournée actuellement, Feu ! Chatterton est habité par le talent et hanté par le brio et ils seront en concert au Zenith le 24 janvier 2019 et entre autres dates au Théâtre Alexandre Dumas hors les murs de La Clef à Saint Germain en Laye le 30 janvier 2019.

(c) photo Nuits Blondes par Charlotte Poul

Vanessa MdbS

Share