Dillon

Nuageuse, Dillon nous transporte par ses gestes saccadés de poupée.

Timide, elle n’aime pas la lumière sur son visage, demande des ombres portées.

Son pantalon bizarre, de cosmonaute sous LSD, on le découvre

Rouge sang à la fin du concert,

Sous nos yeux, on découvre enfin son visage.

 

Elle a l’air d’aimer bien ça le live, mais c’est sa voix qu’elle donne, pas un regard, pas un sourire.

Une pointe d’arrogance, beaucoup de malaise, ce n’est pas trop son truc, les saluts, les discours.

Avec son accolyte DJ, elle transporte et nous montre de nouvelles chansons, aussi de plus anciennes, légèrement moins léchées.

 

On se laissera avoir par la critique de la pauvreté harmonique : c’est bien vrai que tout est

Composé sur une gamme.

Bien que celle mineure, qui emporte, prend aux tripes,

L’ennui peut nous surprendre, mais les rythmes eux dansent.

 

L’inventivité de cette voix, la création qui sort

De ce duo qui bouge et qui s’offre à nous

à l’unisson touche.

 

Tous deux discrets, exécutants

Ils donnent l’amour uniquement par touches

Pas de dialogue, le langage c’est la musique.

 

Un peu circonspect, un peu sceptique,

On finit bien par se laisser emporter

Par la douceur de la triste poupée.

Dillon 2

 Bis dann euch beide !

Lucie Mesuret, pour Songazine.

Dillon vient de sortir son nouvel album KIND, sur le label PIAS.

Share