260px-stamps_of_germany_ddr_1968_minr_1388

Das Kapital « Eisler Explosion » l’onde de choc !

Ce projet d’ampleur a été initié par le producteur Wim Wabbes pour fêter les cent ans du Arts Center Vooruit à Gand, palais du peuple édifié à la gloire de la classe ouvrière et rendre hommage au compositeur Hanns Eisler (1898-1962). Quatre compositeurs / arrangeurs, triés sur le volet, ont unis leurs efforts pour célébrer l’évènement et élaborer une architecture musicale reposant sur certaines fondations tirées de l’œuvre du compositeur Autrichien, élève de Schoenberg. Profondément marqué par la pensée de Marx, celui-ci fera, une fois ses études terminées, la rencontre de Brecht et Piscator, à Berlin. Il composera une centaine de numéros d’opus, de nombreux lieder, de la musique de chambre, des chansons sur des textes de Brecht et signera l’hymne national de la RDA. Les aléas de l’histoire laisseront des textes écrits, en exil, aux Etats Unis et en Allemagne. Ces derniers mettront en lumière qu’il était, non seulement, un compositeur de référence, mais également un penseur de la musique et ses rapports avec la société.

Les compositeurs : Erik Desimpelaere compositeur et pianiste, chef d’orchestre de l’orchestre symphonique de Courtrai, Tim Garland compositeur et saxophoniste arrangeur pour le CD de Chick Corea avec l’orchestre symphonique de Sydney, Stéphane Leach compositeur et pianiste travaillant avec Olivier Py et Peter Vermeersch compositeur, clarinettiste, saxophoniste et producteur dans le milieu du rock.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Das Kapital, composé d’un trio de talent : Daniel Erdmann saxophones, Hasse Poulsen guitare et Edward Perraud batterie, ont déjà à leur actif deux albums sur des thèmes de Hanns Eisler : Ballads & Barricades en 2009 et Conflicts & Conclusions en 2011, deux opus qui ont récolté les éloges de la presse internationale. Le groupe s’est trouvé, tout naturellement, désigné pour l’exécution de l’œuvre. Ils sont accompagnés par le Royal Symphonic Wind Orchestra Vooruit, orchestre choisi par Wim Wabbes, qui le désigne comme l’une des rares formations gardant vivant l’héritage des fanfares socialistes. L’album fut enregistré les 28 et 29 septembre 2013 à Gand au Vooruit.

Nous pénétrons, ici, dans une œuvre hybride, au travers de laquelle, l’onde de choc de « l’explosion d’Eisler » est parfaitement perceptible. Mélange subtil méticuleusement articulé entre classique, jazz, jazz-fusion et free-jazz, la cohésion est parfaite, rendant cet album unique en son genre. L’univers de Hanns Eisler, ses racines et sa culture, transparaissent en filigrane, laissant échapper, au travers de l’épais brouillard du passé, un monde musical contemporain dans lequel les styles se fondent et s’harmonisent. Un choc des cultures musicales, une rencontre entre le passé et le présent.

Das Kapital termine sa tournée européenne :

Le 3 décembre Oloron, espace Jéliote et le 11 décembre Berlin, Jazzfocus avec Winnie Brûckner.

Pierre Videcoq

 

 

Share