clara moto

coup-de-coeur-du-mois-2017

En janvier, c’est Infiné !

Article #5

Fourbement, Microsoft Office me fait du chantage pour que je dépense une jolie somme supplémentaire pour continuer à utiliser leur traitement de texte et bloque farouchement mon PC, tentant aussi de forcer l’installation de leur Explorer. You are talking to me ?

Je ne cède pas et installe illico Open Office, me rappelant que les seuls « Explorer » que j’adore sont les superbes compilations Infiné. Et toc ! Prenez ça les vendeurs de logiciels monopolistiques aux méthodes brutales… voici donc le tout premier texte écrit par mes deux index au moyen de ce nouvel outil !

Pour finir ce mois de Janvier 2017 « coup de coeur » mais sûrement pas avec ce label que nous suivrons toute l’année, voici un bel EP de Clara Moto, autrichienne, douée, belle, remarquée, vivant à Graz en son pays natal ;( sinon vous auriez eu un jeu de mots sur « Vienne » ou « Berlin » dans le titre)

l’EP s’intitule Gone By The Morning.

Clara Moto EP Gone by the morning

Vous savez, ces idylles d’une nuit, qui obéissent rarement aux lois du cœur, sont largement aidées par la boisson alcoolisée, ou toute autre substance qui rend (au choix, inclusif ou exclusif) : excité, entreprenant, fou d’amour, sans préjugé, peu regardant et quasiment bilingue.

La vie privée et nocturne de Clara Moto ou de Mimu qui chante sur cet EP ne nous concerne pas et bien malin qui peut juger ou donner des avis.

Compte ici seulement la qualité des 5 morceaux que l’on entend.

Musique douce, teintée de mélancolie, de l’électro harmonieuse qui touche et donne à penser, songer, rêver. C’est élégant, racé, me voilà prêt à vous en vanter la beauté perçue.

Dans le détail, c’est un peu ce qui me fascine en observant d’un œil quelque peu néophyte la scène « électro » au sens large. De très belles choses, à la fois éphémères, qualitatives, semblant identiques et différentes à chaque fois. Des noms qui surgissent, repartent, se croisent, se frôlent et se mélangent. Avec douceur, parfois brutalité, souvent une once de regret, de la profondeur de champ dont on sait quelle ne peut durer sans quoi on finirait par pleurer pour rien, comme ça.

Elle (il) est parti (e) avant le petit matin, sur un remix de Clara Moto, qui fut écouté ensemble avant de sombrer dans un sommeil éreinté. Love on the beat.

Se revoir un jour ?

Peut-être, peut-être et on se souviendrait alors de cet air entêtant, Gone By The Morning, dont on ne saurait plus dire si on l’avait aimé, dansé ou tout simplement rêvé…

Jérôme « FMR » V.

Share