Audrey Henry

J’ai reçu votre EP, parmi une brassée de CD, je l’ai écouté, je l’ai aimé.

Ce courrier pour vous assurer que vous êtes parvenue à faire battre mon cœur, encore une fois, plus vite, plus rouge, plus fort sur la seule foi, le seul pouvoir d’une poignée de chansons.

J’ai 57 ans, je suis le rédac chef de ce webzine et si je continue à avoir envie d’écrire, après avoir dépassé les mille chroniques, c’est grâce à des musiciennes comme vous.

Ça ne s’explique pas, ça ne se mesure pas. Toute la promotion de la terre, les plus belles pochettes de disques, le bombardement par mail ou l’inondation des réseaux sociaux, rien, rien, ne remplacera le moment où on appuie sur play et ensuite replay. Que faire de plus ?… Pensent en s’arrachant les cheveux les producteurs, les tourneurs, les managers, les déménageurs et les enrageurs…

C’est dans l’air, ténu, fragile et fou, ce sentiment de coup de cœur immédiat pour un album, un EP, un single, voire un vidéo. Instant crush pour cet objet jaune et orange, je l’ai glissé dans mon lecteur… et pouf ça m’est retombé dessus, hier soir, donc cet après-midi j’ai été pris par une furieuse envie de vous écrire. Pas compliqué, direct, immédiat.

Ecriture, publication, partage, c’est que je sais faire à mon échelle modeste. Dont acte !

En tapant ce post j’ai écouté 17 fois « all models are wrong » et j’en étais simplement heureux, le sourire aux lèvres, bien installé dans un coin de l’Anticafé de la rue Nationale, 75013 Paris.

L’EP, c’est Noka Paradise (sortie vendredi 29 mars), je ne sais pas ce que vous voulez dire par là et ce n’est mon point. Et votre signature est « Henry », vous allez sourire, je me disais qui est cet homme et j’ai pensé à la chanson Henry de Marquis de Sade. Un autre groupe qui m’a marqué le cerveau et l’âme.

Noka Paradise - Henry

Chère Audrey Henry, je sais pourquoi je tiens ce Webzine, je ne sais pas pourquoi j’aime vos chansons plus que celles d’autres, mais ce que je sais c’est que je dois vous remercier.

Jérôme « All bloggers are right » V.

PS : j’adore aussi les 4 autres titres de l’EP, rassurez-vous

Share