sun and rain

Espèce de naze, de planqué, de déserteur, tu as fui nos latitudes et à Paris on n’a pas vu la couleur du soleil depuis plus de trois semaines. A-t-il été remplacé par une ampoule d’occasion made in China, le truc qui tombe en rade au bout d’un temps assez bref ? On dirait que oui !

La Seine déborde, le gris est partout, on se les pèle en moufles à Roland Garros et ceux qui y portent un panama passent pour des glands (déjà quand il fait chaud, c’est limite, alors là…).

Chez Aigle, les bottes en plastoc, ils font la fête nuit et jour et leurs commerciaux roulent en Jaguar, tandis que les crèmes à bronzer deviennent aussi utiles qu’un député pour voter une loi (vu qu’avec le 49.3, ces 577 godillots ne servent même plus à s’essuyer les pieds pour notre gouvernement de droite dure).

Les plantes sont vertes mais nos tronches blanches, les nuages virent au noir un jour sur deux. Bleu pour le ciel, c’est sur carte postale et puis basta. Ceux qui bêlent que la planète se réchauffe ont peut-être raison, mais s’ils disent cela à un habitant des Yvelines en Mai 2016, ils se prennent une balle de 12.7 entre les deux yeux. Et on les achève à coups de bottes (militaires, les bottes).

On se caille les miches, et moi qui vous cause, j’écris cet article dans mon salon avec un manteau et une écharpe, vu que le chat a gueulé pour sortir et que la fenêtre est donc restée ouverte. Chat-pitre suivant, les engelures en juin ?

Alors, fils de l’hiver, tu vas céder la place fissa à ton suivant l’été mignon, et par dérogation on lui donne le feu vert pour écraser l’automne. Un bail de 6 mois, renouvelable, si c’était faisable.

Quant à toi l’hiver et ta tronche de congère, je sais que tu te marres mais je t’emmerde aussi. Nucléaire ? oui s’il vous plaît ! On aura ta peau et on finira tous grillés comme des gambas sur un barbecue mais c’est toujours mieux que se geler les cacahuètes onze mois sur douze.

Jérôme « frozen » V.

sun and rain

Share