CD Silent COVER (c)Paolo Fassoli

Angela Kinczly est une auteur-compositeur-interprète (ok ça fait un peu bizarre sans écriture inclusive!) italienne d’origine hongroise qui signe onze nouveau titres en anglais sur son 5ème album studio anglais Silent (Ritmo & Blu) sorti le 14 juin 2019. On lui prête de multiples collaborations passées avec les groupes italiens Pink Holy Days, Aucan etc. et c’est en solo qu’elle trace son microsillon d’artiste multi-instrumentiste.

Angela Kinczly guitar

Les sonorités de son premier album The Legendary Indian Aquarium and Other Stories (2007, Kandinsky Records) sont estampillées electro folk et elles semblent reconduites sur ce nouvel album Silent avec une subtile nuance pop world music. Poétique dans la composition, les arrangements et les paroles, une chose non des moindres fera craquer tout amateur de poésie américaine féminine comme Angela Kinczly cite dans le texte les Selected Poems d’Emily Dickinson. Un écho méditatif d’artiste à l’exceptionnelle poétesse, influenceuse proto-réseaux sociaux ès lettres du XIXème siècle célèbre et encore très largement étudiée dans le monde entier. Perso, c’est ce qui a d’abord attiré mon oreille vers cet opus honorant la musicalité de la poésie en se concentrant sur ce qui suscite son expression, l’inspiration, l’intuition, les sons et l’énergie. Car le trait d’union (NDLR : une des marques distinctives de Dickinson avec la majuscule) entre musique et poésie est plus dur à exécuter qu’on ne le pense et pas toujours réussi a contrario de Silent d’Angela Kinczly et le résultat d’années de passion musicale comme on y trouve des titres composés bien avant la sortie de l’album (« North America »).

daguerreotype Emily DickinsonAngela Kinczly credit Paolo Fassoli

La puissance des mots de Dickinson (NDLR : pionnière en matière d’écriture poétique au féminin en contexte, elle ne connu la reconnaissance que posthume et suscita bien des controverses quant à son génie métrique et libre) réside dans un silence relatif et si communicatif, celui de la médiation créatrice entre ses trois sujets de prédilection, la nature, l’amour et la mort et leurs tourments.

Silent (c) Paolo Fassoli

Et les chants d’Angela Kinczly captent et rendent à merveille l’harmonie par des envolées vocales incantatives et douces avant une voix parlée déclamant la scansion du flot des pensées dickinsoniennes (« What Inn is This »). On suit les touches vibrantes du piano classique d’Angela Kinczly, son harmonium ou sa clarinette accompagnées par un orgue, une basse et double basse, des samples et des synthés….enregistrées au fameux Ritmo & Blu Studio de Brescia en Italie. La Dolce Musica e la Dolce Vita !

https://www.angelakinczly.com

https://www.facebook.com/AngelaKinczly

Vanua Mory-D

 

Share