Kane Strang

Une chronique flemmarde pour un charmant artiste Neo Z indie pop rock, dans mon lit installé, tout paresseusement.

J’ai écouté le joli disque de Kane Strang, Two Hearts And No Brain, attiré par le titre de l’album, tout simplement.

Me suis laissé porter par le côté languide, tranquille, un peu distant, tout calmement.

Ai cherché des références indie pop rock, pensé à des groupes, mais j’ai renoncé, tout bêtement.

Fait l’effort de réécouter l’album, pas vraiment un effort car bien agréable tout de même, la guitare est prenante, insistante, monte et descend, les voix sont en chœur très souvent, tout gentiment.

Kane Strang LP

Lu les articles sur Pitchfork et Gonzaï, mais me suis dit qu’il fallait en dire du bien sans me compliquer l’écriture, tout bonnement.

Me suis souvenu qu’il est possible de rédiger une chronique sans trop fouiller dans la bio et les communiqués de presse et qu’une fois, j’ai interviewé le fils de Bruce Dickinson sans savoir qui il était et que les mots sont venus sans a priori, tout rapidement.

Vous recommande ce disque quand vous êtes à la recherche de musique douce et un poil étrange, où la batterie est loin derrière, tout prudemment.

Jérôme « tout facilement » V.

 

Share