the-computers-band

Rendons les armes, posons un genou à terre et remettons-leur les clefs de notre chaîne hi-fi. Les Brits, quand il s’agit de composer et interpréter de la pop et du rock, ce sont eux les champions, les cadors, les chefs. No brainer.

Encore une preuve ?

The Computers, groupe ultra-doué et bien en provenance d’Outre-Manche sortira le 30 septembre l’album Birth/Death.

the-computers-cd

Et c’est impeccable, nickel, parfait. La voix du chanteur, Al Kershaw, module les fréquences de l’amour, de la mélancolie, des sentiments les plus divers avec une justesse étonnante. Les musiciens tissent une toile sonore magnifique.

Les mélodies sont ciselées, les arrangements parfaits et purée de purée, c’est beau.

Les paroles sont compréhensibles et on tend l’oreille et en plus d’une leçon de musique, nous les Frenchies, avons une leçon d’anglais en bonus.

Perle pop : God Only Knows (qui me fait penser par son intro à Melt with you des Modern English).

N’importe quel songwriter pourrait se couper un bras et payer ainsi pour écrire une chanson aussi bonne que Pound for Pound.

This Ain’t Right est tubesque et a de l’envergure.

C’est simple, The Computers n’en utilisent pas beaucoup (on entend des guitares, voix, claviers, basse, batterie, cordes…) mais sont de vrais processeurs de la meilleure pop qui soit. Giga-Pentium quintuple core ultra puissant.

Oui, pour la bouffe (et la grande g***) nous sommes les rois du monde, mais les Anglais, by Jove, côté musique ils assurent grave.

The Computers c’est du caviar pour les oreilles et c’est un gourmand qui vous dit cela, tout en reprenant une part de plus de Birth/Death.

Perfect, just perfect.

Jérôme « good wolf » V.

 

 

Share