CHINESE MAN_ SHIKANTAZA

Sous le signe du B [texte fiction de MD]

Les cymbales se percutent en un joyeux grelot, la musique hindoue et l’odeur boisée du santal se diffusent dans l’atmosphère. Cowboy B-boy se laisse glisser dans une douce méditation qui l’emmène au pays où les anges ressemblent à des bouddhas rieurs. Il sourit d’aise. Imprégné de tant d’ondes lénifiantes, son prochain set sera exceptionnel !

Soudain, les portes du saloon claquent. Des bandits de grand chemin ont bondi dans le bar et fait s’entrechoquer leurs bottes de bad boy sur le parquet en bois, effrayant Shiny Lila, la serveuse MC de Cowboy B-boy, qui a quitté son sari, enfilé ses bottes et son catogan et débarque aux abois. Les méchants braquent les caisses de vinyles.

« Hé les gars, restons ghandi. Buvons un lassi soja whisky et détendons-nous. Shiny Lila est troisième dan de fouet. Elle vous désarme plus vite que son ombre. Je vous déconseille de la tenter. »

Lila, derrière le bar, officie tranquillement et se met à fredonner des airs de R&B charmeurs pour décrisper les nouveaux venus un peu nerveux.

Killy Bang, le plus rauque des trois, grogne : « Va pas nous rembobiner avec ta soupe de bonne femme. Nous, on a la rage tu vois ! »

« Mais moi je suis caodaïste, tu vois » temporise Cowboy B-boy. « Et je crois en Guru. »

« Pas la peine de nous compter des chinoiseries ! » s’excite le poussin de la bande, Ugly Duck.

« Bon, bon, bad boys, vous voulez une battle de bon aloi. Ok. Je vous mets du bon son. Sortez vos bad ass des hamacs et voyons si vous êtes des best. »

Les éperons claquent, les ceinturons se réajustent, les stetson se replacent sur les fronts. Les MC sont ready. Les b-boys aussi.

Mini Cool H. s’agite : « Et moi, je fais quoi ? »

« Bah, tu tombes amoureux de la serveuse ! Comme dans les séries B ! » s’esclaffe Killy Bang. « Avec ta voix de cantatrice, tu feras la chanteuse andalouse, les enfants du Gange et le solo de piano. »

Machettes, lance-flammes, katanas, couteaux à pain, tous les instruments d’une bonne battle y passent. Et le monde musical dans sa stratosphérique diversité. Vinyle en scratch, sample on pédale wha wha, rythme en rime, on and on… Ainsi le clash finit en crew !

Les trois bandits chargent leurs baudets de vinyles que Cowboy B-boy leur offre. Mais avant de partir, Killy Bang lance : « Venez nous voir à Marseille, on a de grandes choses à faire ensemble ! » Cowboy B-boy et Lila les checkent.

Les trois bad boys éperonnent leurs montures et s’éloignent, laissant derrière eux le murmure de leur flow : « Shikantaza… Shikantaza… !

SHIKANTAZA DISPONIBLE LE 3 FÉVRIER 2017

Share