montre-de-luxe

Dissipons la rumeur tout de go : votre chroniqueur bien-aimé n’a pas reçu à ce jour deux montres de luxe à 27.000 euros. Ce qui ne m’empêche pourtant pas, en ce lundi 20 mars, d’être bien ‘’on time’’ à 20h pétantes dans l’enceinte de La Boule Noire pour assister au concert de PALACE.

(Pour ce qui est des deux Perfecto Schott reçus d’un généreux donateur, et portés seulement deux fois, je tiens à préciser que je les ai aujourd’hui rendus).

 

David Simard, canadien anglophone originaire de la Colombie-Britannique, entame la soirée, seul en scène avec sa guitare et un tambourin au pied. Répertoire blues-country-folk minimaliste, on ferme les yeux à l’écoute des ballades mélancoliques du crooner, issues de son dernier album ‘’The Heavy Wait’’. La voix rappelle celle de Robert Forster ou de Chris Isaak. On ressent les vastes étendues nord-américaines, dans une ambiance Lynchienne.

Le titre ‘’Hard Way To Be’’, « Un pied dans la nature, un pied dans les grandes villes’’, n’est pas loin d’être autobiographique, lui qui vit à Paris mais s’en retourne régulièrement dans sa cabane de Dorreen pour s’aérer l’esprit et trouver le calme nécessaire propice aux belles compositions.

Vingt (courtes) minutes de bonheur avec ce David Simard ‘’DS Prestige’’ ce soir !

David Simard @La Boule Noire 20.03.2017

 

Le quatuor londonien rock alternatif IslandRollo Doherty (chant, guitare), Jack Raeder (guitare), James Wolfe (basse) et Toby Richards (batterie) – prend la suite et de quelle manière ! Quelle énergie ! La voix de Doherty est puissante, bien secondée par ses trois compères. Leur troisième EP ‘’A Place You Like’’ vient de sortir. Nul doute que nous les reverrons très vite car ces quatre-là nous ont enchanté ce soir. Ils sont promis à un bel avenir.

Island @La Boule Noire 20.03.2017

 

Les Londoniens de Palace arrivent enfin. Le charismatique chanteur, Léo Wyndham, bonnet vissé sur la tête à la Jacques-Yves Cousteau, entouré de Rupert Turner (guitare), Will Dorey (basse) et Matt Hodges (batterie). Ils joueront ce soir leur dernier album ‘’So Long Forever’’, sorti le 4 novembre 2016, de style ‘’alternative blues space rock’’ comme ils aiment à le décrire.

Et ce, quatre mois après le concert donné au même endroit dans le cadre du Festival des Inrocks. Un endroit rempli de souvenirs pour Léo Wyndham, visiblement toujours sous le coup de la péripétie gastrique de la chanteuse Sabrina Ellis du combo punk A Giant Dog qui, submergée par un trop-plein de bière et d’émotions, gerba allègrement et sans finesse aucune sur sa Fender Telecaster.

Dès l’entame du set, Léo Wyndham occupe l’espace, capte les regards, gesticulant, bourré d’énergie, en permanence sur la pointe des pieds. La Boule Noire n’est que la troisième date de la tournée européenne mais la rythmique est déjà bien en place. Le timide Rupert Turner est effacé sur la droite mais n’en balance pas moins des riffs de guitare subtils et aériens. Le quatuor dégage vraiment une grande maîtrise.

Palace @La Boule Noire 20.03.2017 2

On retiendra l’excellent morceau pop ‘’Break the Silence’’, les ‘’sexy et romantiques’’ ‘’Veins’’ et ‘’Holy Smoke’’, le fabuleux ‘’So Long Forever’’ et sa ligne de basse imparable, l’inédit ‘’I’ll Find Out’’, joué pour la première fois sur la tournée européenne, l’entêtant et autobiographique ‘’It’s Over’’, où la présence du fantôme de Jeff Buckley dans la voix de Léo Wyndham est plus que perceptible et ‘’Bitter’’, aux accents new-wave.

Le set se clôture sur l’envoûtant ‘’Blackheath’’ aux sonorités de guitare qui nous rappellent Led Zeppelin.

Le public est ravi mais on attend que le groupe concrétise sur un deuxième album. On serait en droit d’attendre un côté un peu plus crade, moins lisse. Sans aller jusqu’à des prestations extrêmes à la Sabrina Ellis, n’exagérons quand même pas !

Set-list Palace : Have Faith. Kiloran. Tomahawk. I Want What You Got. Head Above the Water. Break the Silence. Veins. Holy Smoke. So Long Forever. I’ll Find Out. It’s Over. Bitter. Encore : Blackheath

 

Alechinsky.

Share