La Nouvelle-Orléans

Tout amateur de musique rêve d’aller un jour en Louisiane et dans le Tennessee pour pénétrer les sources de la musique. Memphis et La Nouvelle-Orléans sont deux géants mythiques pour le monde musical, alors jaugeons-les et comparons-les.

De façon générale il faut prendre le temps de flâner, de se balader, prendre le temps d’écouter, car la musique là-bas s’écoute dans la rue, partout, tout le temps, elle se vit. Il faut humer l’air, sentir l’ambiance, laisser son esprit s’imprégner de la magie de ces lieux et de leur atmosphère.

Memphis est bien sûr la patrie du King Elvis (sa maison, Graceland, et son premier studio d’enregistrement, Sun Records, sont des visites passionnantes). Mais elle est avant tout le berceau du blues. A la fin du 19ème siècle, nous sommes encore au temps de l’esclavage dans les plantations de coton et de canne à sucre, et le blues mélancolique exprime les plaintes des noirs vivant dans des conditions misérables. Après l’esclavage, la ségrégation apparaît, et Martin Luther King se fait assassiner à Memphis.

Une rue ? Aujourd’hui, c’est dans Beale Street qu’il faut aller écouter du blues. L’affluence les soirs de weekend est étourdissante, les bars débordent, les musiques se chevauchent et s’entrechoquent. La rue danse, boit, festoie tard, très tard dans la nuit.

Beale Street, Memphis

Beale Street, Memphis

Un artiste ? BB King, of course.

La Nouvelle-Orléans est indiscutablement la Mecque du jazz. Contrairement aux autres rives du Mississippi, à La Nouvelle-Orléans de la fin du 19ème, les esclaves noirs disposent de leur dimanche. Cette liberté (toute relative) leur confère plus de joie, et leurs chants sont plus optimistes, plus gais, que le blues d’ailleurs : le jazz naît.

Une rue ? Evitez la trop touristique Bourbon Street et préférez la Frenchmen Street. Le jazz se joue dans les bars mais aussi dans la rue, sans prétention, avec le sens de l’improvisation inné et joyeux des jazzmen.

Frenchmen Street, La Nouvelle-Orléans

Frenchmen Street, La Nouvelle-Orléans

Un artiste ? Louis Armstrong, né ici.

Ecouter du blues à Memphis ou du jazz à La Nouvelle-Orléans ? Quel délicieux dilemme. A vous de choisir maintenant.

Pascale Baussant, en road trip dans le Sud des Etats-Unis

Share