Danko-Jones-by-Dustin-Rabin-

On ne peut jamais prétendre tout connaître et que personne ne se gausse de moi, je découvre Danko Jones il y a un mois alors que ce groupe « éponyme » existe depuis 21 ans. Et qui plus est, hop, je les rencontre à Paris, du moins Danko himself et son bassiste JC,

J’écoute avant et avec attention leur tout dernier album, Wild Cat, et là, pif paf deux claques : je suis séduit par ce rock puissant, rapide, entraînant et frais. Oui, frais, car ce tatapoum en trio ( chant+ guitare, basse, batterie) n’invente rien certes mais donne son énergie avec grande générosité ; soyons clair : vous écoutez du rock et vous adorez taper du pied ou sauter en l’air, this is it. Pas compliqué, pas sorcier. Easy comme un ampli Marshall avec les boutons sur 10, tournés par des mains qui savent le faire. Leur huitième galette sort le 3 mars et me donne envie d’aller piocher dans ce qu’ils ont fait avant…

danko-jones-wild-cat

Sans oublier les paroles assez coquines des chansons de l’album. Success in Bed, Revolution and let’s make love, she likes it, et j’en passe, chez les Danko Jones on ne culbute pas que les quilles au bowling.

J’en parle justement avec John Calabrese le bassiste d’origine… calabraise, qui s’exprime dans un français chaleureux. Il me dit que parler de ce sujet franchement et sans « vice » ni esprit retors, voire avec humour est bien perçu !

Notre conversation est vive et sympathique, j’ai affaire à un pro intelligent et qui aime ce qu’il fait, en parler et partager. NB : Danko viendra aussi entre deux autres interviews me dire bonjour et faire une photo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce groupe a la pêche et a écumé les salles de concerts du monde entier, connaît bien la France, a joué au Hellfest, à Bercy avec Ozzy, même fait une première partie des Stones ou de Motörhead. Et pas de grosse tête, ils répondent aux journalistes, posent pour les photos, sourient et se marrent.

 

Voilà encore des musiciens qui méritent toute notre affection et vous lecteurs, achetez leurs disques, allez les voir en concert (ils excellent sur scène, vous l’imaginez bien).

Save the date : le 30 mars prochain à la Maroquinerie, venez, point barre, car Danko Jones va vous faire décoller du sol.

Jérôme « tabby cat » V.

PS : Royal Republic ? Bien sûr, bien sûr… ces gars ont adoré Danko Jones et s’ils sonnent un peu pareil ce n’est pas un hasard mais de l’admiration totale. Makes sense, yeah !

 

Share