Royal Republic chez Gibson France

What ? Je ne connaissais pas Royal Republic et j’écoute leur album, qui sort en France le 17 juin, Weekend Man.

Autant vous dire la vérité : gros coup de cœur pour ce rock enfiévré, entraînant et à la spontanéité communicative. Impossible de ne pas adorer ce disque, fourmillant de pépites, de riffs, de fraîcheur et de groove. On pourra encore me dire que j’ai un cœur d’artichaut, je réponds sans ciller que, bébé, c’est de la fucking dynamite. Yeah ! Point à la ligne, l’élixir de jeunesse éternelle est tapi dans leurs chansons impeccables, rutilantes comme une Cadillac au soleil.

On salive d’avance à l’idée de les voir en live cet été à Rock en Seine.

Le printemps n’est pas là en ce mois de mai quasi polaire, mais ces 13 morceaux font pousser des fleurs autour de vous, donnent une furieuse envie de sauter partout et de vous acheter une guitare éléctrique toute neuve !

Et ça tombe bien, parce que j’ai RDV chez Gibson France, Paris Xème, pour interviewer le groupe. J’ai l’impression d’être dans la caverne d’Ali Baba de la 6 cordes, c’est magique : SG, Les Paul, Flying V, Memphis, BB King, etc, toute la collection est là, dans toutes les couleurs qui donnent envie et c’est beau.


gibson-les-paul-standard-p_32656071f

 

Alors que Hannes Irengård (guitare) et Adam Grahn (chant et guitare) font un petit show case acoustique pour Rolling Stone, puis répondent à des questions, j’écoute modestement et note la joie de vivre qui émane de ces deux garçons.  Ils jouent deux chansons de l’album (Kung Fu Lovin’ et Baby) puis une reprise des Travelling Wilburys dont ils sont fans (Handle with care). Des types qui ont du goût. On applaudit spontanément.

Me voilà ensuite en tête à tête avec Adam, un type assez classe, belle moustache élégante, bien grand et mince. Il s’exprime bien évidemment un anglais impeccable. On parle aussi vite tous les deux.

Nous discutons donc 12 de façon royale, près de la Place de la République.

Venu huit fois en France, le quatuor est sur scène depuis 2007, a fait des centaines de shows explosifs et même si aux débuts du groupe ils ont eu du mal à se lier, ce sont désormais des lascars unis par une amitié en acier (suédois). Leur énergie ? Elle ne vient pas de substances chimiques et Adam est une pile de peps (les autres le décrivent comme un Usain Bolt alors qu’eux seraient des … marathoniens).

Ce qui est avéré est qu’ils font ce métier par amour, avec une conscience professionnelle puissante et qu’ils ne gagnent pas encore des montagnes de blé ! Ils ont démarré un jour et ne sont jamais arrêtés, ils sont fiers de leur musique (à juste titre) et ce n’est pas chez eux qu’il faut chercher du parfum de scandale. Ils sont aussi à l’aise dans un festival Metal, en première partie de The Offspring (des types adorables et respectueux de leur support bands, respect) et c’est Mike Ness himself qui demande à les avoir avant lui sur scène. Cela vous donne une idée du talent désormais reconnu de Royal Republic !

Adam est volubile, il s’anime et moi (le cœur d’artichaut je vous le rappelle), je suis touché par ce grand gaillard : comme son disque, il est adorable.

Sa guitare fétiche ? Une Les Paul Classic (signée par Slash) qu’il avait gagnée dans un tirage au sort lors d’un concert en Suède. Il était métalleux aux cheveux longs à l’époque et était rentré en tenant son bien dans les bras, sous les regards envieux des autres, non sans avoir joué quelques secondes en se roulant par terre, assez imbibé. Odin (ou Thor ?) ce jour-là avait posé son doigt là où il fallait pour faire avancer un destin vers la Valhalla de la muzik amplifiée.

Pour tous, jeunes et vieux, grands et petits, ce groupe envoie des ondes positives ; nous tout ce qu’on veut, c’est faire des kick ass great rock shows avait dit Hannes au journaliste de Rolling Stone, devant moi. OK, man, on vote pour.

Et je repars, passant devant une place de la République pas encore en mode #nuitdebout, mais le cœur léger de pouvoir partager cette belle découverte avec les lecteurs de Songazine, fier comme une Gibson, bondissant comme un suédois à moustaches.

Jérôme « high times ! » V.

 

royal republic CD cover

 

Share