LesHurlementsdLeo-LesJeudisduPortdeBrest-09-08-2018 (13)

Un jeudi sur le port de Brest, un petit topo météo s’impose (réputation pluvieuse tenace sur la région) : ciel accompagné de nuages. Heureusement, rapidement, le vent frais du large les chasse pour laisser place à un bleu azur. Une aubaine puisque la période des étoiles filantes bat son plein. Même si le spectacle que nous venons admirer ne se déroulera pas dans les cieux mais sur le port de commerce de Brest.

La scène de la 30ème édition est plantée en face du bâtiment du Grand Large où se dresse la fresque colossale de presque 160 m² de l’artiste Paul Bloas, devenu le grand esprit du port, singulière figure représentant “Le Lamaneur”. Personnage ô combien emblématique ! Celui qui, même par gros temps, a pour mission d’amarrer les navires qui rentrent de leurs voyages au long cours.

Le voyage, Les Hurlements d’Léo en sont coutumiers depuis le début (sans parler de leur nom provenant de la chanson des VRP), eux qui parcouraient les routes de France et d’Europe sous un chapiteau en compagnie de leurs potes Les Ogres de Barback“Un Air, Deux Familles” – pour briser la frontière entre la musique et les arts de rue et distiller à grands coups d’hymnes à la joie et d’incitation à la fraternité à en faire chanter en coeur perdu “Le café des jours heureux” ou “Salut à toi” de Bérurier Noir

Le groupe bordelais fêtait les 20 ans du 1er album l’an dernier, avec un nombre incroyable de dates, à en faire pâlir des groupes de 10 ans leurs aînés. Puisque j’évoque les années, 7 ans séparent “ Bordel De Luxe“ (leur précédent bébé) de “Luna de Papel”. Mais avec 11 albums et de multiples collaborations au détour des chemins, le groupe a su construire de belles amitiés et s’enrichir du terreau de l’expérience de chacun.

C’est donc un équipage remanié qui incarne les HDL en 2018. Biens décidés à faire bouger Brest, poste à poste, nous trouvons Laurent (chant, guitare), Jojo (accordéon, trombone, piano, guitare), Pépito (trompette, bugles, chant), Vince (violon, saxophone,Oud, chant), Juju (saxophone, guitare, chant) et les nouveaux, Fred (contrebasse), Bayrem (guitare) et Alban (batterie).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils sont de retour ce jeudi soir devant une foule monstre de touristes et de Bretons venus découvrir le nouvel opus “Luna de papel” (Lune de papier en Français), également le nom du premier single extrait de l’album, qui est une chanson poétique sur la renaissance, avec l’amitié fraternelle en fil conducteur, enregistré avec la chanteuse du groupe La Cafetera Roja, Aurélia Campione.

“Laisser en sillon une trace Hurler pour mieux tuer l’absence Il nous faut crever la surface”

Ils nous parlent aussi bien de l’amour, de la mort, que de la société dans laquelle nous évoluons… L’engagement militant, chez Les Hurlements, n’est pas une façade : les marginaux, la pauvreté , l’immigration, tous ces combattants du quotidien, ils sont loin d’y être étrangers. Les souffrances de notre monde ont depuis toujours une place importante dans leur répertoire. C’est de nouveau un constat cru et lucide sur ces maux, qu’ils observent et qu’ils nous chantent avec une certaine ironie emplie d’espoir et une pointe d’amertume.

La maturité grandissante dans les textes, sans doute due à la rencontre récente lors d’un atelier d’écriture avec Jean Fauque et Sancho Bala, n’y est pas étrangère. Elle ne peut que nous ravir encore davantage. La subtilité des rimes y est remarquable comme dans ‘’La Ferveur’’ :

“La Terre est sèche et les balles pleuvent Le sang a coulé dans les fleuves Les rires sont noyés sous les pleurs Les enfants partent en laissant veuves Les mères qui font tout ce qu’elles peuvent Pour tenir debout malgré l’heure”

Avec “Pas du gâteau”, un message envoyé vers les cieux, cherchant la Lune du regard, au plus grand poète qui a depuis toujours inspiré Les Hurlements d’Léo : Mano Solo. Leur amour pour Mano avait donné naissance en 2015 à un album hommage “Chantent Mano Solo” puis à un livre/cd live avec la collaboration de nombreux artistes, dont Bertrand Cantat, Romain Humeau, Zebda et Les Ogres de Barback, illustré par les portraits du talentueux photographe bordelais Pierre Wetzel (ex-batteur des HDL).

Le rythme punk/rock trouve un parfait espace d’expression dans “Social traître”. Avec le poing levé, plus que de la rage, de la hargne pour cracher à la gueule du racisme toujours autant dénoncé. Où l’esprit libertaire, revendicatif, est, comme en témoigne Laurent Kebous sur scène, un hymne retentissant … “ No pasarán ! “ .

“Pas de fascistes dans nos quartiers Pas de quartiers pour les fascistes Sur les murs bétons des cités On voit fleurir des drôles d’idées Tu as planté la graine Pour faire la division Et maintenant le peuple Paie l’addition” Dans la nuit à présent, la Lune brille, fièrement accompagnée de l’astre marsien rougeoyant au milieu d’étoiles filantes qui ne sont pas sans nous rappeler le chapiteau d’ Latcho Drom, qui signifie “Bonne route” en tzigane.

Nous voilà le coeur réchauffé d’avoir reçu les belles valeurs de partage et la fraternité que les HDL savent si bien transmettre en musique. Souhaitons-leur une longue route pour cette tournée qui s’annonce couronnée de succès !

Stef’Arzak.

Share