Japan gentlemen take polaroids 2

J’envie vraiment ceux qui ne connaissent pas cet album.

En effet, vous pouvez tomber dessus, avoir un ami qui vous le recommande, le trouver dans un déménagement ou enfin lire cette chronique et, dans tous les cas ci-avant mentionnés l’écouter enfin.

Alors, vous tomberez sous le charme.

Un court moment de grâce pop (46 minutes), 8 chansons, 1980, mais le genre d’œuvre qui distingue l’homme cultivé du barbare par sa seule présence en ce monde.

Plutôt qu’une longue chronique, je vais me retirer et vous proposer de l’écouter. Pour une fois, pas trop d’adjectifs, je vous laisse à l’œuvre (au sens propre et figuré)

Vos remarques et émerveillements me seraient du plus grand profit, quant à moi, je ne m‘en lasse pas.

Une des chansons de cet album magique figure dans mon top quelque chose, à emporter sur la planète Zorg, lisez ceci.

Brisons là, je repars en courant, mais si d’aventure ces quelques lignes ont permis le bonheur auditif de quelques internautes, j’aurai gagné le pari de ne pas faire tout cela pour rien.

Love and hugs

Jérôme «pas encore sur Zorg » V.

Japan gentlemen take polaroids 1980

Share